Un jour dans la pollution de Pékin? C'est 40 cigarettes

©EPA

La pollution atmosphérique serait responsable de 1,6 million de décès par an en Chine. Le simple fait de respirer pendant une journée à Pékin équivaudrait à fumer... 40 cigarettes.

Contrairement aux masques en papier portés par les Japonais quand ils sont enrhumés ou souffrants, en Chine, les masques sont justement utilisés pour éviter de tomber malade. Et dans de nombreuses villes chinoises, il y a de quoi. Selon une récente étude publiée par l'ONG américaine Berkeley Earth, respirer l'air de Pékin pendant une journée équivaudrait à fumer quarante cigarettes. 

4000
Le nombre de décès par jour causé par la pollution en Chine, selon l'ONG Berkeley Earth.

La pollution atmosphérique est tellement importante en Chine que, selon cette étude, elle sera responsable d'environ 1,6 million de décès par an, soit plus de 4.000 par jour. En d'autres termes, cela représente pas moins de 17% de la mortalité du pays, un chiffre effroyable. 

©REUTERS

Entre avril et août 2014, Berkeley Earth a compilé les mesures réalisées toutes les heures par 1.500 stations au sol. Des taux particulièrement importants de particules fines et de souffre ont été mesurés dans l'air, principalement dans l'est du pays et autour des principales villes. La cause principale ? L'usage intensif de centrales à charbon, selon l'ONG. 

A Pékin, il faut vivre avec le "smog". ©REUTERS

Environ 83% des Chinois respirent quotidiennement un air qui serait considéré comme "malsain" ou "malsain pour les groupes sensibles" selon les critères employés par l'agence américaine de protection de l'environnement (EPA). 

• Les Chinois très préoccupés

Il y a quelques mois, un documentaire chinois dénonçant les dangers de la pollution avait en à peine un week-end été visionné plus de 150 millions de fois sur internet, ce qui représente un Chinois sur neuf. Ce succès fulgurant démontrait dès lors une véritable préoccupation des Chinois vis-à-vis de ce problème.

Si aujourd'hui, le Parti communiste au pouvoir assure "déclarer la guerre à la pollution", les dangers du "smog" sont source d'un mécontentement populaire croissant en Chine.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés