Un sit-in de manifestants pro démocratie à l'aéroport de Hong Kong

©EPA

Des milliers de manifestants prodémocratie ont entamé ce vendredi un sit-in à l'aéroport de Hong Kong, dans le but de sensibiliser les visiteurs étrangers à leur mobilisation entamée il y a deux mois jour pour jour.

Un millier de manifestants se sont regroupés ce vendredi dans les terminaux d'arrivée de l'aéroport de Hong Kong, distribuant des tracts antigouvernementaux et brandissant des banderoles rédigées dans une dizaine de langues pour sensibiliser les visiteurs à leur mouvement de contestation. La cheffe de l’exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a pourtant exclu toute concession aux manifestants, tout en mettant en garde contre une grave crise économique engendrée par le mouvement de protestation.

"Vous êtes arrivés dans une ville détruite, déchirée, pas la ville que vous vous représentiez. Mais c'est pour ce Hong Kong que nous nous battons."

Face à l'escalade des tensions et la multiplication des heurts entre forces de l'ordre et manifestants, plusieurs pays parmi lesquels les Etats-Unis et l'Australie ont alerté les voyageurs des risques à se rendre à Hong Kong. "Veuillez nous pardonner pour ce Hong Kong 'inattendu'", peut-on lire dans les tracts en anglais distribués aux voyageurs. "Vous êtes arrivés dans une ville détruite, déchirée, pas la ville que vous vous représentiez. Mais c'est pour ce Hong Kong que nous nous battons."

Les chefs de file du mouvement de contestation veulent alerter les touristes sur la crise politique qui secoue l'ancienne colonie britannique. Les manifestants ont occupé deux terminaux d'arrivée de l'aéroport de Hong Kong, scandant "La démocratie maintenant !". D'autres chantaient un air de la comédie musicale Les Misérables, "Do You Hear the People Sing?"

"Nous ne sommes pas des émeutiers, mais un groupe de Hong Kong en lutte pour les droits de l'homme et la liberté."

"Ce sera une manifestation pacifique tant que la police ne se montrera pas", a expliqué Charlotte Lam, 16 ans, croisée parmi les manifestants plutôt jeunes. "Nous avons fabriqué des autocollants, des banderoles en plus de 16 langues, du japonais à l'espagnol. Nous voulons faire passer notre message. Nous ne sommes pas des émeutiers, mais un groupe de Hong Kong en lutte pour les droits de l'homme et la liberté."

Après le rassemblement à l'aéroport, d'autres manifestations sont attendues ce week-end dans l'ancienne colonie britannique. Des représentants hongkongais ont déclaré ce vendredi que le responsable de la police qui avait supervisé la répression des manifestations pro-démocratie de 2014 avait repris du service afin d'aider les autorités à faire face au vaste mouvement de contestation. Alan Lau Yip-shing, qui a pris sa retraite en novembre dernier, devait rencontrer dans la journée de haut responsables actuels des forces de l'ordre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect