Publicité
Publicité

Victoire des pro-démocratie à Hong Kong, Carrie Lam souhaite "écouter humblement"

©REUTERS

Les candidats de la mouvance pro-démocratie ont dominé dimanche les élections locales à Hong Kong, où les habitants ont voté en masse. Les résultats du scrutin accentuent la pression sur Carrie Lam, la cheffe de l'exécutif.

Les candidats pro-démocratie se dirigent vers une victoire écrasante aux élections locales à Hong Kong envoyant un message sans ambiguïté à Pékin sur le soutien des habitants à un mouvement de contestation sans précédent dans l'ex-colonie britannique. Alors que le dépouillement était toujours en cours ce lundi matin, les candidats pro-démocratie ont obtenu près de 90% des 452 sièges du conseil de district, a rapporté la télévision RTHK. Il s'agit d'une première face aux candidats favorables à Pékin, qui disposent pourtant de ressources importantes.

Je vais écouter l'opinion des membres du public avec humilité et méditer sérieusement.
Carrie Lam
cheffe de l'exécutif hongkongais

La cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam a déclaré que le gouvernement respectait les résultats du scrutin et souhaitait que "la situation pacifique et sûre se poursuive". Dans un communiqué, elle note qu'il y a "plusieurs analyses et interprétations" des résultats, notamment que ceux-ci "reflètent le mécontentement de la population avec la situation actuelle et les problèmes profondément ancrés dans la société". Le gouvernement va "écouter l'opinion des membres du public avec humilité et méditer sérieusement", a ajouté Lam.   

Mobilisation sans précédent des électeurs

Jusqu'à présent, les conseils de district ont toujours été dominés par des élus favorables à l'exécutif aligné sur Pékin. Mais, après un semestre de colère dans les rues, les manifestants pro-démocratie ont voulu profiter de cette rare occasion de s'exprimer dans les urnes pour saper la domination des "pro-Pékin" et donner un nouveau souffle à la contestation. D'autant que l'élection des conseillers de districts obéit au mode de scrutin qui, à Hong Kong, se rapproche le plus de la représentation directe. "J'espère que ce scrutin nous permettra de nous faire davantage entendre au sein des conseils", avait déclaré dimanche à l'AFP Michael Ng, un étudiant de 19 ans qui votait pour la première fois de sa vie.

En temps normal, ces élections pour choisir les 452 membres de 18 conseils de district compétents sur des questions de vie quotidienne, comme la collecte des ordures ménagères, ne soulèvent pas l'enthousiasmeMais l'heure n'est plus à la normalité dans un territoire qui vit sa crise politique la plus grave depuis son retour dans le giron de Pékin en 1997, avec des manifestations et actions de plus en plus violentes pour exiger notamment des réformes démocratiques.

Environ 400.000 personnes de plus se sont inscrites cette année sur les listes électorales, en raison notamment d'une campagne de mobilisation organisée par les pro-démocratie. Des formulaires vierges d'inscriptions sur les listes avaient ainsi été distribués par les manifestants lors des grands rassemblements de juin. 

Un impact qui dépassera les seuls conseils de district

Certains politologues estiment qu'une forte participation peut servir la cause des pro-démocratie, qui ont fait de ce scrutin un référendum contre la cheffe de l'exécutif Carrie Lam et son gouvernement aligné sur Pékin se refusant à toute concession aux manifestants. Cette élection n'a pas qu'une valeur symbolique car six sièges du Conseil législatif ("LegCo", le Parlement hongkongais), qui sera renouvelé l'an prochain, se joueront entre des candidats provenant des conseils de district. Et ces conseils enverront en outre 117 de leurs membres au collège électoral de 1.200 personnes, contrôlé par Pékin, chargé de désigner le chef de l'exécutif.

Pékin dit soutenir Carrie Lam

De son côté, le gouvernement chinois a assuré au lendemain qu'il continuait à "résolument" soutenir la cheffe de l'exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, en dépit de la victoire de l'opposition pro-démocratie. Face à la presse, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, a réaffirmé la détermination de Pékin à "s'opposer aux ingérences dans les affaires de Hong Kong par quelque puissance étrangère que ce soit"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés