Publicité

Carmen Reinhart nommée économiste en chef de la Banque mondiale

©M. Scott Brauer

Carmen Reinhart est experte en histoire de la dette et des crises financières. Sa nomination a lieu en pleine crise économique mondiale.

La Banque mondiale a nommé Carmen Reinhart, professeur à l'université de Harvard, comme économiste en chef, faisant appel à une experte de l'histoire de la dette et des crises financières alors que l'économie mondiale subit son plus profond ralentissement depuis la Grande Dépression. 

"Carmen a consacré sa carrière à comprendre et à surmonter les crises financières dans les économies avancées et en développement afin de parvenir à la croissance et à un niveau de vie plus élevé. "
David Malpass

"Je suis très heureux d'accueillir Carmen au sein du groupe de la Banque mondiale alors que nous intensifions nos efforts pour rétablir la croissance et faire face aux crises urgentes de la dette et de la récession auxquelles sont confrontés nombre de nos pays clients", a déclaré David Malpass. "Carmen a consacré sa carrière à comprendre et à surmonter les crises financières dans les économies avancées et en développement afin de parvenir à la croissance et à un niveau de vie plus élevé. Son leadership éclairé durant cette période sans précédent sera inestimable pour le groupe de la Banque et nos clients".

La nomination sera effective le 15 juin, a déclaré le président David Malpass dans une déclaration ce mercredi. Carmen Reinhart est connue comme co-auteure, avec Kenneth Rogoff, du livre "This Time Is Different: huit siècles de folie financière", publié en 2009. Ce livre leur a permis de découvrir l'histoire des défaillances des gouvernements, des récessions, des retraits de fonds, des ventes de devises et des pics inflationnistes.

Carmen Reinhart rejoint la Banque mondiale à un moment où David Malpass s'inquiète que 60 millions de personnes puissent tomber dans l'extrême pauvreté à cause de la pandémie de Covid-19. Cette semaine, Malpass a exhorté les créanciers privés et les nations les plus pauvres du monde à accélérer les négociations sur l'allègement de la dette afin d'aider à mobiliser des ressources pour les soins de santé et l'économie, et il a exprimé sa frustration face à la lenteur des progrès. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés