Comment la Grèce veut séduire les millionnaires étrangers

Pour bénéficier des avantages fiscaux, il faudra investir la somme de 500.000 euros dans l'économie grecque en actions, obligations ou biens immobiliers dans un délai de 3 ans. ©REUTERS

Athènes va offrir de sérieux avantages fiscaux aux étrangers qui décident d'élire leur domicile en Grèce pendant au moins 6 mois par an. Les armateurs, les riches entrepreneurs ou encore les pensionnés fortunés sont clairement visés.

Une mesure-choc du gouvernement Mitsotakis doit être approuvée ce vendredi par le Parlement grec. Toute personne étrangère qui choisit de se domicilier en Grèce sera imposée annuellement jusqu'à 100.000 euros sur son revenu mondial, comme le souligne le Financial Times dans son édition de ce jeudi. Voilà qui pourrait vite donner des allures de paradis fiscal à la Grèce. Ce taux d'imposition forfaitaire est destiné uniquement aux non-doms, c'est-à-dire les personnes dont la résidence principale se trouve dans un autre pays que la Grèce. Ce statut particulier permet ainsi aux non-doms d'éviter l'impôt sur les revenus offshore et les gains en capital. 

Pas que des avantages, des obligations aussi

La faveur fiscale des autorités grecques est applicable pendant un maximum de 15 ans. Les personnes intéressées doivent rester sur le sol grec pendant 183 jours par an. Autre contrainte de taille: il faudra, dans un délai de 3 ans, investir la somme de 500.000 euros dans l'économie grecque en actions, obligations ou biens immobiliers. Mais si l'investissement atteint les 1,5 million d'euros, l'imposition redescendra à 50.000 euros. Il sera question de 25.000 euros d'impôts pour les personnes ayant investit plus de 3 millions d'euros dans des actifs grecs. 

Il n'y aura en outre aucun impôt sur les successions des actifs détenus en dehors de la Grèce. Enfin, une clause protégera ces nouveaux Grecs contre les éventuels changements de politique imposés par un futur gouvernement.

Le renouveau grec

La mesure a pour but de donner un coup de fouet à l'économie nationale qui a toujours du mal à se remettre de la crise de la dette grecque. Mais l'arrivée au pouvoir de Kyriakos Mitsotakis (centre-droit) en juillet dernier après une décennie d'austérité et de récession a replacé la Grèce sur la carte des pays où il est intéressant d'investir.

5.000 visas auraient par ailleurs été accordés, principalement à des Russes et des Chinois, depuis l'été dernier, grâce au programme Golden Visa. Ce programme offre un permis de séjour de cinq ans aux citoyens non-européens qui investissent 250.000 euros dans l'immobilier résidentiel. Et avec la chute des prix de l'immobilier due à la crise, la mesure a le vent en poupe.  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés