Crise de la dette: le Japon au secours de l'UE?

Le premier ministre japonais Yoshihiko Noda.

D'après l'agence de presse japonaise Kyodo, le Japon serait prêt à apporter 60 milliards au FMI afin de mieux l'aider à lutter contre la crise de la dette des pays européens.

Le Japon pourrait apporter 60 milliards de dollars de plus au Fonds monétaire international (FMI) pour l'aider à mieux lutter contre la crise de la dette en Europe, a affirmé dimanche l'agence de presse Kyodo, citant une source gouvernementale anonyme.

Tokyo est actuellement en pourparlers avec d'autres membres importants du FMI comme la Chine et des pays européens pour finaliser leur possible contribution, à quelques jours de la rencontre des ministres des Finances du Groupe des Vingt (G20) qui doit avoir lieu à Washington les 19 et 20 avril, a ajouté Kyodo. Le Japon est le deuxième actionnaire du FMI, derrière les Etats-Unis.

En janvier, le FMI avait annoncé être à la recherche des sommes nécessaires pour augmenter de 500 milliards de dollars ses ressources prêtables, ce qui en vertu des règles comptables du Fonds nécessite de rassembler 600 milliards, afin de mieux lutter contre la crise de la dette européenne.

Actuellement le seul engagement ferme est celui de la zone euro, qui a promis 150 milliards d'euros (198 milliards de dollars) en décembre.

Le premier actionnaire du FMI, les Etats-Unis, ne souhaite pas mettre au pot. Et d'autres pays, comme le Japon, le Canada ou les pays émergents, Chine en tête, n'ont toujours pas décidé de la somme qu'ils vont apporter.

Jeudi dernier, la directrice générale du Fonds monétaire international Christine Lagarde a revu à la baisse jeudi les besoins financiers de son institution.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés