Publicité

Des ONG demandent plus de fonds pour lutter contre la famine

Au Yémen, une mère et son enfant de quatre ans souffrant d'une malnutrition aiguë. ©AFP

Quelque 260 ONG ont imploré les pays donateurs de verser les 5,5 milliards de dollars réclamés par des agences onusiennes afin de sauver 34 millions de personnes de la famine.

Le programme alimentaire mondial (PAM), le dernier lauréat du prix Nobel de la paix, a décidément encore du pain sur la planche. Mais voici déjà un coup de pouce bienvenu dans la lutte contre la faim dans le monde.  

Dans une lettre ouverte publiée mardi, des ONG nationales et internationales du monde entier soutiennent en effet l'appel lancé par le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'Organisation des nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui ont demandé des fonds supplémentaires pour l'année 2021.

"Nous en appelons à vous pour donner les 5,5 milliards de dollars de fonds supplémentaires réclamés pour apporter une assistance alimentaire d'urgence", à ces dizaines de millions de personnes, qui "ne sont pas affamées, mais qu'on affame", implore notamment la lettre.

26 heures

Selon les signataires de la lettre, il suffirait de consacrer l'équivalent de 26 heures de dépenses militaires mondiales pour arriver à lever cette somme.

270
Millions de personnes
270 millions de personnes souffraient de la faim ou étaient en passe de ne pas avoir assez à manger à la fin 2020.

Les ONG soulignent également que, pour l'heure, seulement 5% des 7,8 milliards de dollars demandés au total pour l'année 2021 par l'ONU afin d'assurer la sûreté alimentaire ont été promis.

À la fin 2020, l'ONU estimait que 270 millions de personnes dans le monde souffraient de la faim ou étaient en passe de ne plus avoir assez à manger.

Au total, 174 millions de personnes dans 58 pays courent le risque de mourir de malnutrition ou de manque de nourriture "et ce nombre ne fera que croître dans les mois à venir si rien n'est fait", dénoncent ces ONG.  

Covid-19 et famine

Mais quel est l'impact de la pandémie dans tout ça? En octobre dernier, le Comité Nobel avait en tout cas déjà fait le lien entre les famines et la récession économique provoquée par le Covid-19, venant ainsi appuyer un précédent rapport de l'ONU.

"La pandémie de coronavirus a contribué à une forte augmentation du nombre de victimes dans le monde", avait notamment déploré, à l'époque, la présidente du Comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, citant les pays les plus atteints, comme le Yémen, en proie à un conflit meurtrier depuis plus de six ans, la République démocratique du Congo et le Sud-Soudan.

"Jusqu'au jour où nous aurons le vaccin, la nourriture restera le meilleur vaccin contre le chaos", avait-elle ajouté.

À l'heure où les retards dans les campagnes de vaccination se multiplient, cette nouvelle mobilisation des ONG fait donc office de piqûre de rappel, alors qu'une pandémie qui s'éternise pourrait faire basculer encore davantage de personnes dans la faim chronique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés