L'Angleterre se met en confinement

©REUTERS

Le gouvernement de Boris Johnson a annoncé un confinement général à partir de jeudi prochain jusqu'en décembre. L'Autriche et le Portugal ont aussi pris cette décision.

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé samedi le retour à un confinement dans toute l'Angleterre face à une deuxième vague massive d'infections par le coronavirus, qui menace de saturer les services de santé.

Ce nouveau confinement entrera en vigueur jeudi à minuit et s'appliquera jusqu'au 2 décembre, a dit le chef du gouvernement lors d'une conférence de presse.  Le Royaume-Uni dépasse le million de cas de COVID-19 et le nombre de nouveaux cas dépasse désormais 20.000 par jour.

Les Britanniques ne seront autorisés à quitter leur domicile que pour des raisons spécifiques telles que l'éducation, le travail, l'exercice, l'achat de produits essentiels et de médicaments ou les soins aux personnes vulnérables.

Les magasins, écoles et universités essentiels resteront ouverts, a déclaré Johnson. Les pubs et les restaurants seront fermés pour les plats à emporter. Tous les commerces non essentiels seront fermés.

L'imposition par Johnson de limites plus strictes est intervenue après que les scientifiques ont averti que l'épidémie allait dans la mauvaise direction et que des mesures étaient nécessaires pour arrêter la propagation du virus si les familles avaient le moindre espoir de se rassembler à Noël.

Ces mesures permettent à l'Angleterre de s'aligner sur la France et l'Allemagne en imposant des restrictions à l'échelle nationale presque aussi sévères que celles qui ont conduit l'économie mondiale cette année dans sa plus profonde récession depuis des générations.

Jusqu'à présent, le Royaume-Uni a signalé 46 555 décès dus au COVID-19 - définis comme ceux qui sont décédés dans les 28 jours suivant un test positif. Une mesure de décès plus large des personnes atteintes de COVID-19 sur leurs certificats de décès donne le bilan à 58 925.

Le Royaume-Uni a le cinquième plus grand nombre de morts officiel au monde, après les États-Unis, le Brésil, l'Inde et le Mexique, selon un décompte de l'Université Johns Hopkins.

L'Autriche et le Portugal aussi

Le gouvernement autrichien a annoncé samedi un nouveau confinement, avec la mise en place d'un couvre-feu et la fermeture des restaurants, hôtels, institutions culturelles et sportives, pour tenter d'endiguer la deuxième vague de la pandémie de Covid-19.

"Un second confinement est mis en place à compter de mardi et ce jusqu'à fin novembre", a déclaré le chancelier conservateur Sebastian Kurz lors d'une conférence de presse à Vienne.

Il sera interdit de sortir entre 20H00 et 06H00 du matin et les réunions privées seront limitées à deux foyers maximum, a-t-il précisé, avertissant que la vie sociale s'en trouverait "dramatiquement" affectée.

Le gouvernement portugais a lui aussi annoncé de nouvelles restrictions de confinement à partir du 4 novembre pour la majeure partie du pays, demandant aux gens de rester chez eux sauf pour les sorties pour le travail, l'école ou le shopping, et ordonnant aux entreprises de passer au travail à distance.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés