La reprise pourrait bénéficier en priorité aux grands pays émergents

©Bloomberg

L'OCDE et la FAO constatent une croissance hésitante dans les Etats riches et plus rapide dans les pays en développement. Elles s'attendent par ailleurs à une nouvelle hausse des prix agricoles dans les prochaines années.

Après la récession économique mondiale, "une reprise à deux vitesses" pourrait bénéficier en priorité aux grands pays émergents, estiment l'Agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui prévoient aussi une hausse des prix agricoles d'ici à 2019, dans un rapport publié ce mardi à Rome.

"On observe une reprise à deux vitesses, caractérisée par une croissance faible et hésitante et un fort taux de chômage dans de nombreux pays de l'OCDE et par une croissance plus soutenue et une reprise plus rapide dans les grands pays en développement", conclut le rapport des deux organisations sur les perspectives agricoles d'ici à 2019.

La reprise "gagne lentement le reste des pays en développement et permet d'alimenter la croissance du revenu mondial", poursuit le rapport de l'Organisation de coopération et de développement économique et de l'Agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture. Mais "ramené per capita, l'accroissement de la production agricole des pays les moins avancés suffit à peine à faire face à la croissance démographique rapide".

Sans toutefois atteindre les pics de 2007-2008, les prix agricoles devraient repartir à la hausse au cours des dix prochaines années. Ainsi, "pour les produits végétaux, les hausses de prix, en termes réels, varient de 16 % environ à plus de 40 % au-dessus de la moyenne enregistrée au cours de la dernière décennie", annonce le rapport.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés