Publicité
Publicité

La Suisse devra changer ses habitudes avec la réforme mondiale de la fiscalité des sociétés

Le soutien des ministres des finances du G7 à un impôt minimal mondial de 15% pour les grandes entreprises n'est pas une bonne nouvelle pour la Suisse, selon deux économistes.