Le coronavirus pèse sur les prévisions des entreprises

En marge de la publication de leurs résultats, nombre d’entreprises affichent une grande prudence quant à l’impact de la crise sanitaire mondiale sur le premier trimestre.

Dans la volée de résultats de ce mercredi, chaque entreprise y va de ses prévisions pour le trimestre en cours et l’année à venir. Le ton est à la prudence, particulièrement sur les conséquences attendues de la crise du coronavirus qui touche maintenant l’Asie et l’Europe.

► Le maroquinier de luxe Hermès signe une nouvelle année record en 2019, avec des ventes atteignant 6,8 milliards d'euros en 2019 grâce au succès de sa maroquinerie et une croissance toujours forte en Asie. Mais le PDG du groupe, Axel Dumas estime qu'il est "encore trop tôt pour tirer des conclusions" concernant l'impact de l'épidémie de coronavirus sur l'activité du groupe, qui réalise plus de la moitié de ses ventes dans la zone Asie Pacifique. "C'est tombé dans un pays important, à un moment important (soit le Nouvel An chinois, qui génère de fortes dépenses, NDLR). On a 43 magasins dans la région si on prend la Chine, Hong Kong, Macao et Taïwan: à un moment on a dû en fermer 11, aujourd'hui 4 sont encore fermés. On voit une renormalisation potentielle, mais il est encore trop tôt pour savoir quand arrivera l'effet rebond", a résumé Dumas.

► De son côté, le groupe Danone chiffre l’impact de l'épidémie de coronavirus sur ses ventes au premier trimestre à 100 millions d'euros. La Chine est le deuxième plus grand marché du groupe avec environ 10% de son chiffre d'affaires en 2019. "L'entreprise évalue à ce stade à environ 100 millions d'euros de perte de chiffre d'affaires", l'impact du Covid-19, qui va se ressentir "principalement sur l'activité Eaux en Chine". Cela conduit pour l'ensemble du groupe à "une prévision de chiffre d'affaires globalement stable au premier trimestre en données comparables", détaille Danone dans un communiqué.

► Dans le secteur des boissons également, le groupe britannique de spiritueux Diageo , propriétaire de la vodka Smirnoff, du whisky Johnnie Walker et de la bière Guinness, estime que son chiffre d'affaires annuel allait être amputé de 225 à 325 millions de livres, accusant l'impact de l'épidémie de coronavirus sur le marché asiatique.

25 millions EUR
L'impact du Covid-19
Solvay chiffre à 25 millions sur le premier trimestre les conséquences de la crise du coronavirus

► Le groupe chimique Solvay se veut également très prudent sur les conséquences du Covid-19. Solvay les chiffre à 25 millions sur le premier trimestre. Le groupe "mettra ces prévisions à jour dès que la situation le permettra ". Le groupe belge dispose d’un centre de recherche et développement à Shanghai dont les installations sont en cours d’extension et d’une importante usine de production de polyfluorure de vinylidène (PVDF) à Changshu. Là encore, d’importants investissements sont en cours pour doubler la production de manière à répondre à la demande croissante de batteries lithium.

► Incertitude aussi chez le constructeur automobile PSA, qui reste assez vague sur les conséquences de la crise sanitaire. Le groupe français qui produit les Peugeot et les Citroën notamment, en cours de rapprochement avec l’Italo-américain Fiat-Chrysler, souffre de son échec en Chine, où il est devenu un acteur marginal avec à peine 0,5% du marché après des années de dégringolade. Le business chinois a amputé de 700 millions d'euros les bénéfices de l'an dernier. PSA a annoncé des mesures de réduction des coûts pour redresser la situation.

► La société suisse de travail intérimaire Adecco craint pour sa part des conséquences sur la chaîne d’approvisionnement dans l'industrie en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus. Le numéro un mondial du travail temporaire enregistre déjà une baisse de son chiffre d’affaires en 2019, du fait du ralentissement économique en Allemagne notamment.

► Le groupe de gestion de l'eau et des déchets Suez a vu ses résultats progresser nettement en 2019, affichant de nouveau des objectifs de croissance pour 2020. Le groupe estime à ce stade à 30 à 40 millions d'euros l'impact du coronavirus en Chine au premier trimestre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés