Le G7 lance un plan mondial d'infrastructures pour rivaliser avec la Chine

En parallèle, les échanges ont tourné au dialogue de sourds concernant le respect par Londres des engagements post-Brexit en Irlande du Nord. ©AFP

Ce projet des grandes puissances baptisé "Reconstruire le monde en mieux" devrait aider ces pays à se relever de la pandémie.

Le G7 a lancé ce samedi un vaste plan mondial d'infrastructures pour les pays pauvres et émergents, à l'initiative du président américain Joe Biden et afin de concurrencer les initiatives chinoises des "Nouvelles routes de la Soie".

Ce projet des grandes puissances baptisé "Reconstruire le monde en mieux" devrait aider ces pays à se relever de la pandémie, en se focalisant sur le climat, la santé, le numérique et la lutte contre les inégalités, annonce la Maison Blanche dans un communiqué.

"Il ne s'agit pas de pousser les pays à choisir entre les Etats-Unis et la Chine. Il s'agit de proposer une autre vision et une autre approche."
Un haut responsable américain

L'administration américaine estime que des centaines de milliards de dollars pourront être mobilisés, notamment grâce au secteur privé. "Il ne s'agit pas de pousser les pays à choisir entre les Etats-Unis et la Chine. Il s'agit de proposer une autre vision et une autre approche", a assuré un haut responsable américain.

Brexit

En parallèle, les remontrances des Européens à Boris Johnson sur le Brexit ont mis à mal samedi l'image de bonne entente affichée par les dirigeants des grandes puissances pour leur premier sommet en près de deux ans.

Comme souvent pendant les cinq ans écoulés depuis le référendum sur la sortie de de l'Union européenne, les échanges ont tourné au dialogue de sourds concernant le respect par Londres des engagements post-Brexit en Irlande du Nord.

Au coeur d'un différend entre les anciens partenaires, les dispositions commerciales spécifiques à l'Irlande du Nord imposent davantage de contrôles et de bureaucratie sur les échanges entre la Grande-Bretagne et la province britannique, de l'autre côté de la mer d'Irlande.

Le gouvernement britannique "n'hésitera pas" à passer outre l'accord de Brexit concernant l'Irlande du Nord si les Européens refusent de faire preuve de flexibilité, a averti ce samedi le Premier ministre Boris Johnson. "Si le protocole continue d'être appliqué de cette manière, nous n'hésiterons pas à invoquer l'article 16" de l'accord sur l'Irlande du Nord qui permet de passer outre certaines dispositions, a déclaré Boris Johnson sur la chaîne Sky News.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés