davos

Le monde se retrouve dans un village de montagne

©REUTERS

La 48e édition du Forum économique mondial devrait accueillir à Davos le président américain Donald Trump. Quatre Belges prendront part aux débats: le vice-Premier Alexander De Croo, le président de Nestlé Paul Bulcke, le CEO d’Adecco Alain Dehaze, et le spécialiste de la lutte contre les épidémies, le Dr Peter Piot.

À partir de lundi et pour une semaine, Davos, la célèbre station de ski suisse, sera le point de rencontre entre le monde politique international et le monde des affaires. Le Forum économique mondial y tiendra sa 48e édition, en présence notamment du président américain Donald Trump; et ce même avec le shutdown de ses administrations. Nous y serons également. Aperçu du menu de la semaine prochaine.

Qui dirige le monde libre?

Le Forum économique mondial (FEM) de Davos s’appuie sur la "sainte trinité" : la mondialisation, l’innovation et le capitalisme démocratique.

Traditionnellement, le président des Etats-Unis est considéré comme le leader du monde libre et défend ces valeurs au niveau international. Mais les choses ont changé. Donald Trump a remporté les élections présidentielles grâce notamment à son combat contre la mondialisation et ne cesse de brandir son slogan "America First" depuis son investiture il y a un an. Résultat: l’an dernier, c’est le président chinois Xi Jinping qui a défendu devant l’élite du monde des affaires le commerce international et les milliards d’investissements chinois dans la nouvelle Route de la Soie.

La question est donc de savoir quel message Trudeau, Macron et leurs homologues souhaiteront transmettre au monde international des affaires. Vont-ils isoler Trump? Ou bien prendront-ils une autre direction, pour continuer à traiter avec les Etats-Unis, y compris au sens politique du terme?

©Bloomberg

Les Belges pourront-ils faire la différence?

La Belgique est traditionnellement bien représentée à Davos, avec le roi Philippe, la reine Mathilde, le Premier ministre et le ministre-président flamand. Ils y organisent ensemble un événement destiné aux investisseurs étrangers et rencontrent les CEO d’entreprises importantes pour l’emploi dans notre pays, comme Lakshmi Mittal et les patrons allemands de BASF.

Seuls quatre Belges prendront part aux débats et présentations publics:
• le vice-Premier ministre fédéral Alexander De Croo,
• le président de Nestlé Paul Bulcke
• le CEO d’Adecco Alain Dehaze
• le spécialiste de la lutte contre les épidémies, le Dr Peter Piot

Rêve ou cauchemar technologique?

Le FEM accueille 400 débats officiels, dont la moitié seulement sont publics. Ces sessions permettent souvent de comprendre quelle sera la prochaine percée technologique. Cette année sera placée sous le thème de :

→ l’intelligence artificielle
→ du commerce en ligne
→ la technologie blockchain
→ la robotique,
→ les "fake news"
→ la crainte des cyberattaques.

A Davos, on a tendance à prendre pour acquis que les grandes entreprises constituent la solution aux problèmes, et n’en sont pas la cause. Ceux qui ne partagent pas cette opinion doivent cependant reconnaître que lorsque les grandes multinationales prennent les choses en main, elles peuvent avoir un impact phénoménal.

Au fil des années, la nature et la santé publique se sont arrogé une place de plus en plus importante à l’agenda du FEM. L’activiste Al Gore, qui lutte en faveur du climat, a depuis des années l’opportunité de faire un speech sur le grand podium. Ce sera également le cas cette année. La semaine prochaine, le président de Nestlé, Paul Bulcke, prendra aussi la parole sur l’alimentation durable, et le CEO d’Ikea s’exprimera sur la réduction des déchets.

Lire par ailleurs notre reportage: Vers une société sans plastique?

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect