Les banques centrales n'ont jamais acheté autant d'or en un demi-siècle

©REUTERS

La demande mondiale pour le métal jaune a grimpé de 4% l'an dernier alors que les banques centrales ont acheté 74% d'or en plus en 2018. La Russie et la Turquie ont été les plus actives.

Jamais depuis 1967, les banques centrales n'avaient mis la main sur autant d'or que l'an dernier. En 2018, les achats des banques centrales ont atteint 651,5 tonnes, en hausse de 74% par rapport à 2017. Ces achats ont dopé la demande, la Chine et la Pologne ayant rejoint la Russie, la Turquie et le Kazakhstan dans la course à l'augmentation des réserves d'or.

"L'incertitude économique, le ralentissement et le conflit commercial sino-américain ont favorisé l'afflux de capitaux."
Alistair Hewitt
World Gold Council

Cette ruée vers l'or a contribué à l'augmentation de 4% de la demande mondiale du métal jaune l'an dernier, rapporte le World Gold Council (WGC) dans son dernier bulletin trimestriel. On y apprend ainsi que le monde a consommé au total 4.345,1 tonnes d'or en 2018, contre 4.159,9 tonnes un an plus tôt. 

Quant à l'offre mondiale d'or, elle a augmenté de 1% à 4.490,2 tonnes l'an dernier. 

Une tendance qui se poursuit en 2019 

La demande de bijoux a été relativement stable, à 2.200 tonnes, des hausses en Chine, aux Etats-Unis et en Russie ayant compensé un recul plus prononcé au Moyen-Orient et très léger en Inde. L'investissement des particuliers en lingots et pièces d'or a de son côté augmenté de 4% à 1.090,2 tonnes, soutenu par une hausse de 222% en Iran à près de 62 tonnes, précise le WGC.

L'intérêt des investisseurs pour l'or a été faible, les fonds ETF n'ayant ajouté que 68,9 tonnes de métal jaune à leurs avoirs au cours de l'année, en baisse de 67% par rapport à 2017. Cette situation a toutefois changé au cours du dernier trimestre 2018, l'incertitude concernant l'économie en Chine et ailleurs ayant eu un impact sur le marché. 

Les derniers mois de l'année ont vu une diminution de la demande d'or pour l'industrie électronique et pour la joaillerie, en raison d'une baisse des dépenses des consommateurs, et à l'inverse un rebond de la demande des investisseurs et une hausse des entrées nettes dans les fonds ETF. "L'incertitude économique, le ralentissement et le conflit commercial sino-américain ont favorisé l'afflux de capitaux", commente Alistair Hewitt, responsable des études de marché au Conseil mondial de l'Or. "L'inconvénient est que cela a affecté certains compartiments du marché", poursuit-il, ajoutant que cette dynamique devrait se prolonger tout au long de l'année 2019. 

Pour Alistair Hewitt, les achats des banques centrales resteront probablement soutenus cette année et la demande des deux principaux marchés, la Chine et l'Inde, se maintiendra aussi avec une consommation attendue entre 900 et 1.000 tonnes en Chine et entre 750 et 850 tonnes en Inde en 2019. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect