Les banques privées allemandes craignent un excès de régulation financière

Selon la fédération allemande des banques privées (BdB), de nouvelles normes prudentielles internationales du secteur bancaire pourraient obliger les établissements privés allemands à lever 36 milliards d'euros de capitaux supplémentaires

Le Comité de Bâle, chargé de l'élaboration de ces nouvelles normes dites de Bâle III, doit se réunir mardi et aborder notamment la question d'un niveau minimum de fonds propres des banques par rapport à leurs engagements, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la Banque des règlements internationaux (BRI).

L'introduction d'un tel ratio dit "de levier" serait "contre-productif" car les banques se verraient obliger de réduire leurs activités de crédit, selon un communiqué de la fédération BdB.

"Celui qui va trop loin menace la reprise économique et les développements positifs sur le marché du travail", poursuit le communiqué.

L'Allemagne n'a pas l'intention de bloquer Bâle III, mais espère une période de transition suffisante pour mettre en place les nouvelles règles, a fait savoir vendredi le ministre fédéral des Finances Wolfgang Schäuble.

Fin juillet, Berlin avait émis des réserves sur le dossier, défendant notamment une définition plus large des fonds propres.

Les règles de Bâle III doivent être soumises au G20 de Seoul en novembre et validées par les dirigeants des grands pays développés et émergents. Les précédentes règles dites de Bâle II n'avaient pas été adoptées par les banques américaines, posant des problèmes de distorsion de concurrence.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés