Pas d'accord entre Pékin et Washington, tout au plus les "bases d'un accord"

©REUTERS

Pékin salue la teneur des discussions commerciales avec Washington. Depuis lundi, Chine et Etats-Unis tentent d'enterrer la hache de guerre. Les négociations sont terminées avec la volonté d'une "compréhension mutuelle" renforcée de rester en "étroit contact" dans une "entente réciproque".

Les trois journées de négociations commerciales tenues à Pékin entre Chinois et Américains ont permis de "poser les bases" d'un accord, affirme le ministère chinois du Commerce.

Lors de ces discussions de lundi à mercredi, les deux pays ont "mené de vastes échanges approfondis et détaillés sur les questions commerciales et structurelles d'intérêt commun", a-t-il fait dans un communiqué.

Ces discussions ont permis "de renforcer la compréhension mutuelle et de poser les bases d'un règlement des questions d'intérêt commun", a ajouté Pékin. Une "entente réciproque" est aussi prônée. 

"Les deux parties ont convenu de rester en contact étroit", conclut le communiqué, sans préciser ni le lieu ni la date de futures discussions.

Équité et réciprocité des relations 

La reprise de ces négociations, qui ont été prolongées d'un jour, dope les marchés mondiaux depuis plusieurs jours, entretenant l'espoir que Washington et Pékin puissent enterrer la hache de guerre commerciale.

Les services du représentant américain au Commerce (USTR) ont déclaré mercredi que la Chine s'était engagée à acheter "un montant substantiel" de produits agricoles et énergétiques, de biens manufacturés et de services aux États-Unis.

Dans un communiqué contenant peu de détails sur les résultats concrets de ces pourparlers, l'USTR a expliqué que les deux parties ont débattu "des moyens de parvenir à l'équité, à la réciprocité et à l'équilibre des relations commerciales entre nos deux pays".

Les entretiens, emmenés du côté américain par le représentant adjoint pour le Commerce Jeffrey Gerrish étaient les premiers organisés en face à face entre les deux pays depuis le sommet de Buenos Aires début décembre entre le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping.

Jeffrey Gerrish ©AFP

Les deux présidents avaient alors convenu de se donner jusqu'à début mars pour tenter de régler leur différend commercial avant l'entrée en vigueur de nouveaux droits de douane punitifs aux États-Unis sur les produits chinois.

Un communiqué officiel des Américains mercredi n'a fait que récapituler les points de négociation retenus par Trump et Xi, sans entrer dans le détail des discussions de Pékin.

Les menaces en cas de "non-accord"

Outre un déséquilibre commercial chronique à leur détriment, les États-Unis reprochent à la Chine les difficultés d'accès à ses marchés ou des pratiques commerciales "déloyales", notamment les transferts forcés de technologie imposés aux entreprises étrangères ou des violations du droit de propriété intellectuelle.

Les signaux positifs des derniers jours, notamment un tweet de Donald Trump affirmant mardi que "les discussions se passent très bien", ont ramené un certain optimisme sur les marchés financiers, alarmés ces derniers mois par la perspective d'une longue guerre commerciale entre les deux géants du Pacifique.

Mais si aucun accord n'est trouvé d'ici au 2 mars, Donald Trump a promis de relever de 10% à 25% les tarifs douaniers sur 200 milliards de dollars de produits chinois, à un moment où la croissance économique chinoise marque un net ralentissement.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content