Publicité
Publicité

Sarkozy entame sa visite en Inde

Le président français Nicolas Sarkozy a entamé samedi à Bangalore (sud) une visite de travail de quatre jours en Inde, dans l'espoir de signer avec "cette puissance incontournable" des "projets d'accord", surtout dans les domaines du nucléaire civil et de la défense.

Le président français Nicolas Sarkozy a entamé samedi à Bangalore (sud) une visite de travail de quatre jours en Inde, dans l'espoir de signer avec "cette puissance incontournable" des "projets d'accord", surtout dans les domaines du nucléaire civil et de la défense.
Le chef de l'Etat est arrivé peu avant 10H00 (04H30 GMT) dans la métropole du sud de l'Inde, considérée comme la +Silicon Valley+ du pays. Il devait immédiatement se rendre à l'Institut spatial indien pour s'y faire présenter le satellite franco-indien d'étude du climat et y prononcer le premier des quatre discours qu'il fera lors de son déplacement.
Il est accompagné de son épouse Carla Bruni-Sarkozy, de pas moins de sept ministres, dont le numéro deux du gouvernement Alain Juppé (Défense) et de la ministre de l'Economie Christine Lagarde, ainsi que d'une délégation de près de soixante-dix chefs d'entreprise.
Après sa visite d'Etat en janvier 2008, c'est la deuxième fois que M. Sarkozy se rend en Inde et, cette fois également, ce voyage dans le pays à la croissance la plus rapide au monde, après la Chine, a une portée tant politique qu'économique.
"La relation entre la France et l'Inde ne peut se résumer à sa seule dimension économique, aussi fondamentale soit-elle", a affirmé le président Sarkozy, dans un entretien au quotidien The Hindu, publié samedi.
Selon lui, "l'Inde, c'est d'abord un partenaire politique majeur, une puissance incontournable sans laquelle nous ne pourrons pas relever les grands défis auxquel le monde est confronté".
Alors que la crise économique mondiale continue d'être la grande préoccupation des dirigeants de la planète, le président français a également affirmé à The Hindu que le G20 serait "au coeur" de l'entretien qu'il aura avec le Premier ministre indien Manmohan Singh, lundi matin à New Delhi.
Depuis le 12 novembre, M. Sarkozy préside ce forum des vingt principales économies du monde, dont l'Inde fait partie.
Le sous-continent, classée onzième puissance économique mondiale par le Fonds monétaire internationale (FMI), avec sa croissance annuelle d'environ 9%, son 1,18 milliard d'habitants (dont le tiers a moins de quinze ans), suscite l'intérêt croissant des grandes puissances.
La visite de Nicolas Sarkozy s'inscrit entre celle du président Barack Obama, début novembre, et celles à venir des présidents chinois Hu Jintao et russe Dimitri Medvedev.
Sur le plan économique, cette visite ne devrait pas déboucher sur des accords définitifs, mais plutôt sur des "projets d'accords", notamment dans le domaine du nucléaire civil, avec le projet de construction par le géant français Areva des deux premiers EPR d'une série de six, comme l'a précisé M. Sarkozy à un autre quotidien indien, The Times of India.
Les discussions commerciales au sujet de la modernisation de la flotte indienne des avions de combat Mirage devraient également se poursuivre, ainsi que celles concernant l'appel d'offres lancé par l'Inde pour 126 avions de combat, un contrat d'environ 9 milliards d'euros pour lequel la concurrence est rude.
Le Rafale de Dassault est en lice au côté de cinq autres poids lourds mondiaux de l'aéronautique (dont le russe MiG et l'américain Boeing ou le suédois Saab).
Rien n'est officiellement inscrit au programme du président entre la fin de l'étape de Bangalore, samedi après-midi, et celle de New Delhi à partir de dimanche soir, quand M. Sarkozy et la première Dame seront les hôtes d'un dîner offert par le Premier ministre indien.
Le couple présidentiel devrait toutefois se rendre dans l'intervalle à Agra (centre), visiter le Taj Mahal, mausolée de marbre blanc considéré comme l'une des merveilles architecturales du monde.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés