Coup de mou pour Hillary Clinton

©Bloomberg

Hillary Clinton avait débuté la campagne présidentielle américaine dans un fauteuil. Mais le vent est en train de tourner. Elle est même devancée dans certains sondages.

Pendant que Donald Trump chamboule les pronostics dans la course à l’investiture républicaine, Hillary Clinton, "la" grande favorite du camp démocrate, créé la surprise en accusant un gros coup de mou. Au point que certains pontes du parti verraient bien le vice-président Joe Biden entrer dans la course pour tenter de sauver les meubles.

Bernie Sanders, candidat démocrate. ©Bloomberg

La semaine dernière, l’ex-secrétaire d’État était pour la première fois dépassée dans un sondage sur les primaires. L’enquête crédite Bernie Sanders, le seul candidat démocrate à se présenter comme socialiste, de 44% des intentions de vote dans le New Hampshire (l’État qui organisera les premières primaires), contre 37% pour Clinton. Pour ce qui est de la présidentielle en elle-même, un sondage FoxNews publié lundi, donne l’ex-gouverneur de Floride, Jeb Bush, gagnant face à Clinton (par 44% contre 42%).

L’affaire des e-mails

Les primaires ne débuteront qu’en février, c’est encore loin. Mais Clinton cumule les erreurs qu’elle pourrait avoir à regretter. Sa plus grosse bourde est sans doute d’avoir utilisé son compte e-mail privé pour envoyer et recevoir des messages professionnels lorsqu’elle était à la tête de la diplomatie US. Entre l’enquête ouverte par le FBI autour de la sécurité de ces mails et le fait que le département d’État ait dû admettre que 60 des 3.000 messages déjà contrôlés (sur 30.000) contenaient des informations classées confidentielles, Clinton a de quoi s’inquiéter de l’impact que cela a sur son image, même si elle affirme être la victime d’attaques "politiques".

"Cela ne concerne pas des e-mails, ni des serveurs. C’est de la politique."
Hillary Clinton
Candidate à la présidentielle américaine

Mais ce n’est pas tout. Les commentateurs politiques estiment qu’elle a sous-estimé la menace que pouvait représenter Sanders. Un peu comme en 2008, lorsqu’elle avait perdu les primaires face à Barack Obama… Clinton manquerait également de naturel et de spontanéité quand elle va à la rencontre des électeurs, deux qualités qu’a Sanders et qui contribuent à sa popularité

L’argent

L’ex-Première dame accuse aussi un certain retard en matière de financement. Avec 47,5 millions de dollars au compteur, c’est sa campagne qui a récolté le plus de fonds, selon une récente enquête du "New York Times" (Bush n’en comptabilise que 11,4). Mais les républicains ont une longueur d’avance au niveau des dons illimités que peuvent recevoir les groupements soutenant leur candidature, les fameux super-Pacs. Bush aurait ainsi déjà indirectement encaissé 108,5 millions de dollars. Le super-Pac du camp Clinton, Priorities USA Action, n’aurait jusqu’à présent levé "que" 20,5 millions de dollars, un choix politique que la candidate pourrait revoir…

Les prises de position d'Hillary

Que pense Hillary Clinton de l’accord nucléaire avec l’Iran, du libre-échange, du climat, etc.?

L’ex-secrétaire d’État a immédiatement salué l’accord sur le nucléaire iranien. Mais elle estime qu’il faudra tenir Téhéran à l’œil, notamment au niveau de son influence grandissante dans la région.

Dans un autre grand dossier diplomatique, Clinton s’est prononcée en faveur de la levée de l’embargo américain frappant Cuba.

Elle n’a pas encore pris position en ce qui concerne les accords de libre-échange que Washington négocie avec plusieurs pays du Pacifique et avec l’Union européenne. Clinton y est sans doute favorable, mais elle veut ménager les syndicats qui se méfient de ces accords et dont elle espère obtenir le soutien.

La démocrate compte plusieurs grands noms de la finance dans ses amis. Ici aussi, elle doit jouer les funambules, l’aile gauche de son parti prêchant pour un grand nettoyage à Wall Street. Elle a proposé d’augmenter les taxes sur les plus-values réalisées au bout de moins de 6 ans.

Clinton a jusqu’à présent refusé de se prononcer sur le projet controversé de l’oléoduc Keystone XL censé amener du pétrole provenant des sables bitumineux canadiens vers les raffineries du golfe du Mexique. Mais elle plaide pour plus d’énergies renouvelables et s’est engagée à présenter un plan climat.

[Suivez Catherine Mommaerts sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés