Netanyahou tout proche de son 5e mandat

Benjamin Netanyahou a rapidement revendiqué la victoire lors d'un discours dans la nuit. ©AFP

Des élections législatives ont eu lieu hier en Israël pour élire les 120 députés de la Knesset, le parlement israélien. Selon les projections après la quasi-totalité des bulletins dépouillés, le Premier ministre Benjamin Netanyahou semble destiné à remporter un cinquième mandat.

À Tel-Aviv, à la soirée électorale du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahou, les militants sont absents et les journalistes innombrables. Tous les téléphones portables résonnent au même moment: "Nous avons gagné!" déclare triomphant un communiqué de Benny Gantz, qui mène la formation centriste "Bleu et Blanc". Entré en politique il y a seulement quatre mois, cet ancien chef d’état-major avait rapidement su s’imposer comme principal rival de l'indétrônable "Bibi".

Benny Gantz ©EPA

"C'est un jour historique, plus d'un million de personnes ont voté pour nous", a proclamé Benny Gantz lors d'un discours de victoire plus tard dans la nuit. Mais les cris de joie semblent avoir été précoces.

Les dernières estimations donnent toujours les formations des deux candidats au coude à coude.

• Après dépouillement de 97% des bulletins, aucun parti n'atteint la majorité absolue à la Knesset, mais la droite et l'extrême droite obtiendraient 65 des 120 sièges parlementaires. Le Likoud et Bleu et blanc sont crédités de 35 sièges chacun. Les chiffres définitifs sont attendus vendredi.

 Mais le système israélien fait que le vainqueur des élections n'est pas nécessairement le plus grand parti, mais le plus grand bloc de partis, capable de former une majorité parlementaire d'au moins 61 sièges sur 120. Or le Likoud, avec le soutien des autres listes de droite, arracherait une majorité potentielle de 65 ou 67 mandats. 

Benjamin Netanyahou a rapidement revendiqué la victoire lors d'un discours dans la nuit de mardi à mercredi :

"Dès ce soir, j’ai commencé les négociations avec les dirigeants des partis de droite qui sont nos partenaires naturels. Presque tous ont déjà déclaré publiquement qu'ils recommanderaient mon nom au président pour que je sois le prochain Premier ministre à proposer un gouvernement."

"Il semble clair que Netanyahou a le plus de chances de former la prochaine coalition", analyse Meir Ruben, directeur de l'influent think tank de droite Kohelet Policy Forum. "Mais c'est tout de même une vraie réussite pour Benny Gantz. Il n'était plus une figure publique depuis qu'il avait quitté l'armée. Et pourtant, face à un Likoud vieux de près de quarante ans, la façon dont il a réussi à former un si grand parti, capable d'amasser environs un quart des sièges de la Knesset, c'est très impressionnant." 

"Netanyahou est l'un des rares leaders de ce monde qui peut parler à la fois à Trump et à Poutine."
Carolyn Tal
bénévole du Likoud

Il avait beaucoup d'espoir hier soir, et une bonne dose de doute, au QG de l'ancien chef d'état-major. "Gantz aurait pu mener une meilleure campagne. Ils auraient dû combattre plus salement", regrette Yaffa Vaknin. Mèches blondes, veste en jeans, vernis écarte, cette sexagénaire était arrivée la première à la soirée électorale de "Bleu et Blanc", à cinq minutes à pied seulement de celle organisée par le Likoud dans le nord de Tel-Aviv. "Vous pensez que Bibi a été doux? En hébreu on dit: si quelqu'un veut te tuer, frappe d'abord."

Reflet d'une nation profondément fracturée, ces élections législatives ont pris l’allure d’un référendum pour ou contre la reconduite de Benjamin Netanyahou à la tête du pays, alors que le Premier est empêtré dans les affaires judiciaires et que la menace d'une mise en examen plane sur son règne.

Plus tôt dans la journée d'hier, un soleil de plomb frappait l'école Adam de Jérusalem-Ouest, réquisitionnée pour servir de bureau de vote. À l'entrée, une bénévole du Likoud à la peau parcheminée harangue les derniers indécis: "Netanyahou est l'un des rares leaders de ce monde qui peut parler à la fois à Trump et à Poutine. Il est respecté par tous, le pays a su se développer sous son leadership", lance Carolyn Tal aux passants qui veulent bien l'écouter. À l'intérieur, face au terrain de basket, ils sont une poignée de badauds à attendre en file indienne.

"Je n'ai toujours pas décidé pour qui voter", soupire Shani, une thérapeute de 35 ans. "La plupart de mes amis ne savent pas non plus. Tout ce que je sais, c'est que je ne veux plus de Netanyahou", conclut-elle avant de rentrer dans l'isoloir.

"J'ai voté Gantz parce que je pense qu'il peut apporter la paix avec les Palestiniens."
Yaffa Vaknin

Benjamin Netanyahou ©Photo News

Alors que le pays avait rendez-vous pour voter, le Premier ministre n'a pas manqué d'inonder tous les canaux. Netanyahou a une nouvelle fois usé de la tactique dite du "Gevalt", une expression Yiddish qui pourrait être traduite comme "au secours". Sur les plateaux de télévision ou les réseaux sociaux, il a sonné l'alerte en prétendant que les sondages le donnaient perdant et qu'il fallait absolument que ses soutiens se rendent en masse à l'isoloir pour voter pour son parti. Un "blitz" médiatique qui semble avoir payé. 

Cette campagne qui s'achève a été décrite comme particulièrement virulente, rythmée d'attaques personnelles et dépourvue du moindre grand débat d'idées, le tout sur fond de droitisation toujours plus évidente du paysage politique.

Là où, historiquement, le clivage gauche-droite se dessinait essentiellement sur les réponses à apporter à la question palestinienne, le virage à droite, particulièrement marqué depuis le dernier scrutin de 2015 et qui déplace la ligne de facture entre le centre et la droite dure, semble avoir fini d'achever une gauche moribonde tout en évacuant complètement les Palestiniens du débat public. Si ce n'est une déclaration laconique, mais retentissante de Benjamin Netanyahou qui évoquait lors d'une interview télévisée samedi soir sa volonté, en cas de victoire, d'annexer les colonies israéliennes de Cisjordanie, territoire occupé depuis un demi-siècle.

©EPA

 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect