Report partiel des élections congolaises

©Photo News

La commission électorale nationale indépendante reporte au mois de mars 2019 les élections directes dans les circonscriptions de zones en crise.

Les élections générales prévues dimanche en République démocratique du Congo sont reportées au mois de mars dans deux zones de conflit, indique la Commission électorale nationale indépendante (Céni):

→ dans la province du Nord-Kivu (est) à Beni, Béni-Ville et Butembo-Ville.
→ dans la province du Mai-Ndombe (ouest) à Yumbi.

"Les élections directes dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni ville et Butembo ville, en province du Nord-Kivu (dans l'est), ainsi que Yumbi, dans la province de Maï-Ndombe (dans le sud-ouest), initialement prévues le 30 décembre 2018, sont programmées au mois de mars 2019 et feront l'objet d'un calendrier spécifique", indique un communiqué de la Céni.

Un report lourd de conséquences

Ce report concerne 1.256.117 électeurs (sur les 40 millions inscrits). La majorité se trouve dans la région de l'Est (67.000 seulement à Yumbi). Pour les présidentielles, la RDC est vue comme une "circonscription unique" par la commission électorale. Une question ne manquera toutefois pas de se poser lors de cette nouvelle journée à haute tension: peut-on tenir l'élection présidentielle dans cette "circonscription unique" en retranchant 3% du corps électoral?.

La région de Beni est en proie à des attaques fréquentes de rebelles musulmans ougandais (les ADF) et à une épidémie d'Ebola qui a fait plus de 300 morts. 

À Yumbi, au moins 80 personnes ont été tuées dans la soudaine éruption de violences communautaires qui a touché la province du Mai-Ndombe au nord de Kinshasa, au bord du fleuve Congo.

Les élections, prévues dimanche dernier, ont déjà été reportées de 7 jours à la suite de violences, mais aussi de l'incendie du bâtiment abritant une majorité des "machines à voter".

Mais ce n'était pas le premier report. Déjà trois fois reporté (de décembre 2016 à décembre 2017, de décembre 2017 au 23 décembre 2018, puis du 23 au 30 décembre 2018), ce scrutin doit désigner le successeur du président Joseph Kabila au pouvoir depuis janvier 2001. Les résultats du vote de dimanche sont attendus le 15 janvier. La prestation de serment du président élu est annoncée le 18 janvier, soit bien avant la date des élections dans les deux zones où elles sont reportées.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect