portrait

Sveta, la femme qui fait trembler la dictature biélorusse

Svetlana Tikhanovskaïa, candidate inattendue à la présidentielle biélorusse, a réussi à rassembler les foules, et à ébranler le président Alexandre Loukachenko.

Rien ne prédestinait Svetlana Tikhanovskaïa, 37 ans, traductrice, à devenir la figure de proue de la démocratie en Biélorussie. Pour la première fois, Alexandre Loukachenko, considéré comme le dernier dictateur d'Europe, est confronté à une réelle opposition. Au pouvoir depuis 26 ans, il a de fortes chances d'être réélu lors de la présidentielle du 9 août prochain, mais jamais auparavant son pays n'avait exprimé une telle soif de changement.

Rongée par la corruption, en proie à un chômage galopant et à une crise économique, la Biélorussie est secouée par un vent de révolte. La situation a été amplifiée par la gestion déplorable de la pandémie de coronavirus. Le président, se moquant du virus et parlant de "psychose", a refusé les mesures de confinement.

Dictature, torture et KGB

Depuis 1994, le pays vit sous le joug d'une dictature s'appuyant sur la force militaire. Traqués par le sinistre KGB, hérité de la période communiste, les opposants n'ont aucune chance de rivaliser avec le pouvoir en place. Les services de renseignements, dénoncés par le Comité contre la torture de l'ONU, ont été transformés en appareil de contrôle politique. Ces trois derniers mois, Alexandre Loukachenko a fait emprisonner plus de 1.000 opposants. La torture pratiquée dans les geôles du pays est régulièrement dénoncée par Amnesty International.

Parmi les prisonniers, le célèbre Youtubeur Sergueï Tikhanovski, arrêté en mai pour "troubles à l'ordre public", époux de Svetlana.

1.000
opposants
Depuis mai, Alexandre Loukachneko a fait emprisonner plus de 1.000 opposants.

Après l'arrestation de son mari, elle prit la décision de se porter candidate à la présidentielle pour contrer Loukachencko, pour "instaurer la démocratie" et "retrouver son mari". Elle reçut le soutien de deux autres candidats empêchés de participer à l'élection, Viktor Babariko, emprisonné, et Valery Tsepkalo, enfui en Russie. Elle a été rejointe par leurs directrices de campagne, ce qui en fait, pour certains, "une révolution de femmes". Ces trois femmes ont réussi à rassembler l'opposition autour de la candidate.

L'égérie de la Biélorussie

Après avoir mis ses deux enfants à l'abri ailleurs en Europe, elle s'est lancée dans une campagne à travers la Biélorussie. Le 30 juillet dernier, des dizaines de milliers de Biélorusses se sont rassemblés à Minsk aux cris de "Sveta! Sveta!" Du jamais vu.

Inconnue au début de cette année, la candidate s'est très vite révélée redoutable, capable de galvaniser les foules, et prête à porter un changement démocratique dans un pays sonné par les années de dictature. "Je suis fatiguée de devoir tout supporter, je suis fatiguée de me taire, je suis fatiguée d'avoir peur. Et vous ?", a-t-elle lancé lors de son meeting à Minsk.

"Je suis fatiguée de devoir tout supporter, je suis fatiguée de me taire, je suis fatiguée d'avoir peur. Et vous ?"
Svetlana Tikhanovskaïa
Candidate à la présidence de Biélorussie

S'il est difficile d'imaginer l'égérie des Biélorusses remporter la victoire dimanche prochain, elle a, d’ores et déjà, généré la plus forte opposition qui soit contre Loukachenko et abîmé un peu plus son autorité déclinante.

Pour tenter de redresser la situation, le président Loukachenko a accusé mardi la Russie et l'opposition de préparer des attentats le jour de la présidentielle. La semaine dernière, une trentaine de "mercenaires" supposés appartenir au groupe Wagner, proche du Kremlin, ont été arrêtés par les forces biélorusses. Moscou a démenti.

CV

Née le 11 septembre 1982 à Mikachevitchy (sud), Svetlana Tsikhanovskaïa est traductrice-interprète, diplômée de l’université IP Shamyakin. Elle a travaillé pour plusieurs organisations, dont Chernobyl Life Line.

14 juillet 2020 : enregistrée comme candidate à la présidentielle du 9 août.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés