2009, année record des émissions

©REUTERS

Les gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records en 2009, en particulier le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane alors que la planète ne cesse de se réchauffer, s'est inquiété mercredi l'Organisation météorologique mondiale.

"Le dernier bulletin (de l'OMM) montre très clairement que les principaux gaz à effet de serre (GES) ont atteint leurs plus hauts niveaux jamais observés depuis l'époque pré-industrielle", a indiqué ce merceredi le secrétaire général adjoint de l'OMM, Jeremiah Lengoasa, lors d'un point de presse. L'augmentation de la concentration de ces gaz a eu lieu "malgré le ralentissement économique" et "aurait été encore plus élevée" sans les mesures qui ont été prises au niveau international, a-t-il ajouté.

Selon les dernières données de l'OMM, les concentrations de CO2 et de méthane ont particulièrement progressé. Alors qu'avant 1750, la teneur de l'atmosphère en CO2, le GES d'origine humaine le plus abondant, est restée pratiquement constante, elle a augmenté depuis de 38%, "essentiellement à cause des émissions dues à la combustion des combustibles fossiles, au déboisement et aux changements d'affectation des terres", relève l'OMM. Ces dix dernières années le mouvement s'est acceléré avec un accroissement de la concentration de CO2 de 1,88% par an en moyenne.

Concernant le méthane, deuxième plus important gaz à effet de serre persistant, sa teneur dans l'atmosphère a augmenté de 158%, "principalement du fait de l'accroissement des émissions dues à des activités humaines telles que l'élevage de bovins, la riziculture, l'exploitation des combustibles fossiles et la mise en décharge des déchets". Environ 60% des émissions de méthane sont "d'origine humaine", souligne encore l'organisation.

"Si nous continuons comme si de rien n'était, nous n'atteindrons pas le niveau de concentration atmosphérique de ces gaz qui nous permettrons d'atteindre l'objectif de réduction de 2 degré", décidé l'année dernière à Copenhague, a prévenu le co-directeur du département recherches de l'OMM, Len Barrie, interrogé par l'AFP. "Si nous voulons commencer à faire baisser le niveau des GES, nous devons stopper totalement les émissions de ces gaz", a-t-il insisté.

La question sera soulevée lors de la prochaine conférence de l'ONU sur le climat, qui démarre le 29 novembre à Cancun (Mexique). Lors de la dernière conférence, il y a un an à Copenhague, les pays ont été incapables de fixer une feuille de route précise pour l'après 2012, à l'expiration du protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés