Publicité

Antonio Tajani en faveur d'une "liste noire" des passeurs

En visite en Libye, Antonio Tajani a préconisé l'établissement d'une "liste noire" de passeurs. ©AFP

En visite à Tripoli, Antonio Tajani, le président du Parlement européen, a appelé à la mise en place d'une "liste noire" des passeurs de migrants.

Alors qu'un accord au forceps avait été trouvé sur les migrations entre les 28 Etats de l'UE lors du sommet des 28 et 29 juin, Antonio Tajani, président du Parlement européen, a plaidé ce lundi pour l'élaboration d'une "liste noire" de passeurs.

"Il faut établir une liste noire des gros trafiquants (...) pour que les polices et les organisations anti-crimes en Afrique et en Europe puissent collaborer ensemble dans un objectif commun", a déclaré Antonio Tajani lors d'une conférence de presse. Une démarche qui permettrait selon lui de combattre le trafic en Europe et en Afrique. 

"Si nous n'arrivons pas à anéantir ces organisations criminelles, il sera très difficile de lutter contre l'immigration clandestine"
Antonio Tajani
Président du Parlement européen

Il a qualifié les passeurs de "terroristes, trafiquants d'armes et d'êtres humains." "Si nous n'arrivons pas à anéantir ces organisations criminelles, il sera très difficile de lutter contre l'immigration clandestine", a-t-il ajouté. 

Lors de son entretien avec le chef du gouvernement libyen d'unité nationale (GNA) Fayez al-Sarraj, le Président du Parlement européenn a évoqué l'importance de surveiller les frontières sud de la Libye afin d'empêcher les migrants arrivant dans ce pays d'effectuer la traversée de la mer Mediterranée. Egalement au menu de la rencontre, la coopération économique, la santé et l'enseignement.

L'UE prête à aider la Libye pour les élections

L'UE, par la voix d'Antonio Tajani, a tendu la main à Tripoli pour apporter son aide dans l'organisation des prochaines élections libyennes. Concrètement, il s'agirait d'une assistance dans la "préparation technique" ainsi que l'envoi d'observateurs sur le terrain afin de veiller au bon déroulement du scrutin.

"Nous sommes prêts à contribuer à la sauvegarde de la transition vers la démocratie", a tweeté Antonio Tajani, considérant ces élections comme un moyen d'assurer "la stabilisation en Libye." "La stabilité en Libye signifie la stabilité en Europe", a-t-il affirmé sur Twitter.

Une prise de position qui survient après une réunion organisée fin mai à Paris avec les principaux protagonistes de la crise libyenne. Lors de cette rencontre, le président français Emmanuel Macron avait obtenu un engagement sur des élections présidentielles et législatives le 10 décembre.

"C'est à la Libye de fixer la date des élections et pas à nous", a poursuivi Antonio Tajani sans faire allusion à la réunion de Paris.

Cependant, la Libye demeure fragmentée et fortement polarisée. Aussi, deux entités rivales dirigent-elles le territoire libyen: le GNA, basé à Tripoli, reconnu par la communauté internationale et un cabinet parallèle installé à l'est.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés