Big Bang dans l'étude des galaxies

Photo d'illustration ©Photo News

Stupeur au sein de la communauté scientifique. Des chercheurs ont constaté qu'une galaxie serait presque totalement dénuée de matière noire. Une première qui remet en cause les théories sur la formation des galaxies.

Un groupe d'astronomes a découvert que la galaxie NGC 1052-DF2, déjà connue, ne contiendrait qu'une quantité infime voire aucune trace de matière noire. Grande énigme de l'astronomie, la matière noire est communément considérée par les chercheurs comme étant à l'origine de la formation et du maintien des galaxies.

"Il s'agit d'une découverte exceptionnelle dans la mesure où les galaxies sont censées contenir davantage de matière noire que de matière ordinaire", a commenté l'Institut Dunlap pour l'Astronomie et l'Astrophysique de l'Université de Toronto, un institut qui a contribué à l'étude.

Située à 65 millions d'années-lumière de la Terre, elle fait partie des galaxies dites "ultra-diffuses" et à faible densité. Plus grande que la Voie lactée, elle contient pourtant 250 fois moins d'étoiles.

Un nouveau Big Bang

25%
Proportion de l'Univers composée de matière noire
La matière noire composerait 25% de l'Univers d'après les scientifiques.

Cette découverte remet en question les hypothèses formulées jusqu'alors. Elle vient aussi "défier les théories courantes sur la formation des galaxies", selon Pieter van Dokuum de l'université de Yale et principal auteur de l'étude publiée dans la revue "Nature".

Invisible, la matière noire n'est détectable qu'en suivant les effets gravitationnels sur d'autres objets de l'Univers. Ainsi, elle serait à l'origine d'une augmentation de la masse de la galaxie et du surplus de gravité. Des éléments qui permettent aux galaxies de ne pas se défaire.

"La matière noire est communément considérée comme partie intégrante des galaxies, c'est la colle qui les tient ensemble et l'échafaudage sous-jacent sur lequel elles sont construites", a expliqué Allison Merritt de l'université de Yale et co-auteur de l'étude.

Or, la matière ordinaire qui compose les étoiles et planètes n'a pas les propriétés nécessaires pour faire tenir les galaxies ensemble. D'où les interrogations des chercheurs qui ne s'expliquent pas encore le phénomène.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés