Blatter réélu à la tête de la Fifa, Ali se retire

©REUTERS

Sepp Blatter a remporté 130 voix à l'élection du président de la fédération internationale de football. Son concurrent le Prince Ali de Jordanie en a réunies 73. Un deuxième tour aurait pu avoir eu lieu, mais ce dernier a décidé de se retirer.

Le Suisse Sepp Blatter a été réélu président de la Fédération internationale de football (FIFA) après le retrait de son rival, le prince jordanien Ali ben al Hussein. Sa victoire était pourtant loin d'être assurée. Joseph "Sepp" Blatter, 79 ans, avait recueilli au premier tour 133 voix contre 73 à son rival jordanien, qui bénéficiait notamment du soutien de l'Union des associations européennes de football (UEFA). Il n'avait pas atteint la majorité requise des deux tiers des suffrages exprimés (140). Un second tour aurait dû avoir lieu, mais le Prince Ali a annoncé qu'il se retirait

Joseph Blatter, 79 ans, est en poste depuis 1998 va donc entamer son cinquième mandat. "Nous devons ramener la Fifa où elle doit être et je promets de donner à mon successeur une Fifa plus forte", a-t-il déclaré. "Je suis de bonne humeur, c'est normal, j'étais un peu nerveux avant ce Congrès."

Cette élection se tient alors que la Fifa est frappée par un scandale de corruption planétaire. Le président est élu par le congrès de la Fifa (209 votants), pour une période de 4 ans. L'élection est organisée à bulletin secret.

Des réactions mitigées

"Aujourd'hui, la Fifa a perdu, mais par dessus tout, le football a perdu, ainsi que tous ceux qui tiennent sincèrement à lui", a twitté Luis Figo, ancien Ballon d'Or.

"Si le président d'une organisation n'arrive pas à gérer ou éradiquer la corruption à grande échelle, il doit se retirer, c'est aussi simple que cela", a déclaré Thibaut De Gendt, directeur des compétitions de l'union belge de football (URBSFA).

"Et si on oubliait la FIFA pour créer une nouvelle association mondiale de football avec 73 membres et sa propre Coupe du Monde?", s'est interrogé Bob Madou, directeur de la communication de l'URBSFA.

"Je suis content, je l'ai déjà dit, je suis un pro-Blatter. Et j'espérais qu'il gagnerait et il l'a emporté. C'est un homme bien, un bon président", a réagi l'ancien joueur du PSG George Weah.

"Nous sommes fiers du courage et de l'audace du prince Ali bin Al Hussein. Il a quitté les élections la tête haute", lance Samir Mansour, membre de la Fédération jordanienne de football, dont le prince est le président.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés