Carlton: le parquet de Lille requiert le non-lieu pour DSK

©Photo News

Le parquet a estimé qu'il n'existe pas de charges suffisantes contre l'ancien patron du FMI.

Le parquet de Lille (nord) a requis un non-lieu en faveur de Dominique Strauss-Kahn dans l'affaire de proxénétisme dite du Carlton de Lille, a annoncé mardi le procureur de la République de Lille.

Le parquet a indiqué requérir un non-lieu pour deux personnes, Dominique Strauss-Kahn, 64 ans, et Jean-Luc Vergin, ancien directeur régional de la société Eiffage Travaux publics. "En effet, en ce qui les concerne, le parquet estime qu'il n'existe pas de charges suffisantes", explique le communiqué.

"Je suis content que le parquet soit du même avis que nous, à savoir qu'aucun élément constitutif de crime ou délit ne puisse être retenu" contre DSK, s'est réjoui auprès Me Henri Leclerc, l'un des avocats de l'ancien patron du FMI.

"A partir du moment où on fait du bon sens juridique et pas de la morale, nous espérons que les juges d'instruction suivront ces réquisitions du parquet et écarteront toute considération morale et subjective", a réagi un autre avocat de M. Strauss-Kahn, Me Richard Malka.

Les juges d'instruction sont libres de suivre ou non les réquisitions du parquet.

L'ancien directeur général du FMI avait été mis en examen (inculpé) le 26 mars 2012 pour "proxénétisme en bande organisée" pour avoir participé à des soirées avec des prostituées rémunérées, notamment à Paris et Washington. Dominique Strauss-Kahn a affirmé qu'il ignorait que ces femmes, qui lui avaient été présentées par un commissaire de police et des entrepreneurs, étaient des prostituées.

L'affaire a pris le nom de l'hôtel Carlton de Lille, un établissement de luxe dont le propriétaire, le directeur et le chargé de relations publiques ont été mis en examen.

Dans cette affaire, le parquet demande le renvoi devant le tribunal correctionnel de 12 personnes, parmi lesquelles Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", patron de "bars à hôtesses" à la frontière franco-belge, et un commissaire de police, Jean-Christophe Lagarde. Le procureur a retenu à leur encontre les accusations de proxénétisme en réunion, ainsi que pour certaines d'entre elles, d'escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux".

En revanche il n'a pas retenu la circonstance aggravante de "bande organisée", qui aurait pu justifier un renvoi devant les assises.

En octobre, le parquet de Lille avait déjà classé sans suite des accusations de viol portées contre DSK en marge de cette affaire du Carlton.

Le 10 décembre, un accord financier confidentiel entre DSK et Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui l'accusait d'agression sexuelle, a définitivement clos l'affaire au retentissement mondial du Sofitel de New York, qui avait contraint l'ancien ministre socialiste français à démissionner du FMI et avait mis fin à ses ambitions présidentielles en France.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés