Charles Michel à l'ONU pour son dernier tour de piste comme Premier ministre

©BELGA

La 74e Assemblée générale de l’ONU s’ouvre dans un contexte de tensions extrêmes dans le Golfe arabo-persique. Le discours de Donald Trump est très attendu. Pour Charles Michel, futur président du Conseil européen, ce sera l’occasion de multiples rencontres bilatérales.

Réchauffement planétaire, tensions dans le Golfe arabo-persique, guerre commerciale avec la Chine, terrorisme… La 74e Assemblée générale de l’ONU sera chaude. La grand-messe diplomatique annuelle accueillera plus de cent chefs d’État ou de gouvernement. Comme chaque année, les dirigeants se suivront à la tribune pour prononcer des discours. Certains sont plus attendus que d’autres.

L'agenda

→ Une soixantaine de dirigeants mondiaux se retrouvent ce lundi à l'ONU pour le sommet sur "l'urgence climatique" censé revigorer le chancelant accord de Paris.
→ Les grands discours à l'Assemblée générale de l'ONU commenceront mardi matin.

Retrouvez le timing ici

L’intervention du président des Etats-Unis Donald Trump, mardi, sera très scrutée. Le républicain est en campagne pour sa réélection, sur fond de tensions extrêmes entre l’Arabie saoudite et l’Iran qui ont fait décoller les prix du pétrole. "Cette année, la question est de savoir si Donald Trump et le Premier ministre iranien Hassan Rohani vont se rencontrer. Trump étant imprévisible, il faut s’attendre à tout", dit une source.

Une dernière pour Charles Michel 

La Belgique sera représentée par son Premier ministre en affaires courantes, Charles Michel (MR). La rencontre onusienne sera son dernier tour de piste international en tant que chef de l’exécutif fédéral, puisqu’il présidera le Conseil européen le 1er décembre prochain. La conduite future des travaux de l’instance regroupant les dirigeants européens conférera à l’homme d’Etat une aura particulière au sein de l’ONU. Très sollicité par ses homologues, il est prévu, sous réserve de confirmation, qu’il ait une quinzaine de rencontres bilatérales avec d’autres dirigeants.

Charles Michel compte aussi se profiler sur les dossiers traités au Conseil de sécurité, la Belgique en étant un membre non permanent.

Le Premier ministre belge et son homologue britannique Boris Johnson auront un entretien dès ce lundi à New York, en marge de l'Assemblée générale. La rencontre est actuellement programmée à 10h45 (16h45 heure belge). 

La Reine Mathilde à New York

La délégation belge sera conduite par la reine Mathilde. La souveraine siégera à l’assemblée générale en sa qualité d’ambassadrice des objectifs de développement durable. Sa présence et ses rencontres bilatérales seront d’autant plus utiles que les questions de santé et les objectifs de développement durable à l’horizon 2030 seront au cœur des débats.

Une réunion est prévue pour améliorer les politiques en matière de couverture de soins de santé universelle. L’ONU a adopté une résolution en 2012 demandant la mise en place d’une telle couverture dans tous les pays. Le chantier, laborieux, peine à démarrer.

Didier Reynders annule

De son côté, Didier Reynders a annulé son déplacement à New York. Le vice-Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), en charge de la Coopération au développement, reprendra une partie de ses dossiers.

Charles Michel prendra aussi la parole lors du sommet sur le Climat prévu lundi. Le ministre Philippe De Backer (Open Vld), chargé de la mer du Nord, rencontrera Greta Thunberg. La figure de proue de la lutte contre le réchauffement planétaire a fait le déplacement à New York pour sensibiliser les dirigeants de la planète.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect