carte blanche

Comment choisir les dirigeants de demain?

Depuis toujours, les conseils d’administration doivent prendre une décision cruciale : qui nommer comme CEO ? Plus que jamais, le défi est de trouver la personne capable de gérer l’organisation au quotidien tout en remodelant l'avenir de celle-ci à long terme. Voici quelques clés pour la trouver.

Les leaders composent aujourd’hui avec des risques macroéconomiques que personne ne peut vraiment ni gérer ni contrôler. Forcés d’accepter l’imprévisibilité de l'avenir, ils doivent identifier et comprendre les dimensions qui relient le monde à leur organisation.

Marc de Leyritz.

Or, les entreprises ne disposent plus de “cartes” pour s’orienter ni définir clairement ce qui doit être accompli : leur unique boussole devient l’éthique forte et la vision inspirante de leurs dirigeants. 

Dans ce contexte, les dirigeants doivent choisir d’adopter une posture fondamentale : se concentrer sur leur responsabilité légale (“liability” en anglais) ou assumer leur responsabilité sociétale envers l'avenir (“accountability”). Pour ce faire, la prochaine génération de dirigeants doit passer d'une culture d’égosystème à une culture d’écosystème.

Laurent Ledoux.

Ce changement de culture ne concerne pas seulement les dirigeants, bien sûr. Il nécessite également que chaque membre de l'organisation se sente profondément ancré dans un écosystème auquel il puisse contribuer au quotidien

Donner aux gens une bonne raison

Pour y parvenir, les dirigeants doivent être en mesure de donner aux gens une bonne raison de faire de leur mieux : une raison d’être forte de leur organisation, qu’ils incarnent avec authenticité. Pourquoi leur organisation existe-t-elle ? Qu’est-ce qui manquerait au monde si elle n’existait pas ?

"La prochaine génération de dirigeants doit passer d'une culture d’égosystème à une culture d’écosystème."
Marc de Leyritz et Laurent Ledoux
Respectivement CEO Russell Reynolds Associates et Managing Partner de Phusis

Les leaders de demain sont ainsi amenés à développer des compétences qui dépassent leurs capacités stratégiques, d'influence ou de rendement. Ils doivent développer une vision systémique de la réalité (c’est-à-dire, le monde et son organisation), créer les conditions de la réussite organisationnelle (qui implique de travailler sur la culture et la structure de l’organisation) et rendre possible l’alignement entre le faire et l’être, pour eux-mêmes comme pour chaque membre de leur organisation.

Or, ces compétences ne peuvent être exercées sans une certaine humilité ni sans une forme de sagesse et d’exemplarité. Si les dirigeants sont avant tout motivés par l'argent, le pouvoir et les titres, si leur seule préoccupation est le rendement financier, alors ils échoueront immanquablement.

C'est quoi le leadership?

En revanche, s'ils parviennent à donner un sens à ces réalités très différentes que sont la performance, les personnes, la planète et le profit, tout en créant de nouveaux rôles pour leur organisation, en modifiant la culture de celle-ci, et en prenant soin de leurs équipes pour qu’elles se développent, alors ils contribueront à l’avènement d’une nouvelle ère.

"Les véritables dirigeants n’hésitent pas à distribuer leur pouvoir de décision à tous les niveaux de leur organisation."
Marc de Leyritz et Laurent Ledoux
Respectivement CEO Russell Reynolds Associates et Managing Partner de Phusis

Pour autant, le leadership n'est plus l'apanage d'une seule personne. Le mot "leadership" désigne en effet un processus par lequel toute personne, homme, femme ou enfant, exerce une influence sur un groupe de personnes et sans lequel certaines choses ne se produiraient pas. Cette définition a l’avantage de conférer une dimension plus démocratique au concept de leadership. Elle met davantage l'accent sur la personnalité et les aptitudes d'une personne plutôt que sur son diplôme ou son expérience professionnelle passée.

Ainsi, les véritables dirigeants n’hésitent pas à distribuer leur pouvoir de décision à tous les niveaux de leur organisation. Pour ce faire, ils doivent jeter les bases d'un mode de gouvernance qui remplace la hiérarchie des personnes par une hiérarchie de raisons d’être. Une telle gouvernance favorise la créativité, l'innovation et l'esprit d'initiative et place leur organisation au cœur d’un écosystème auto-évolutif.

La capacité à mettre en place une telle gouvernance est la marque essentielle des dirigeants dont le monde a besoin aujourd’hui. 

Marc de Leyritz est Managing Director - Board & CEO Advisory Partners de Russell Reynolds Associates.

Laurent Ledoux est Managing Partner de Phusis (ex-Président du Comité exécutif du SPF Mobilité)

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés