En RDC, la rougeole tue davantage que le virus Ebola

©REUTERS

Une épidémie de rougeole a provoqué plus de 2.700 décès entre janvier et août en RDC, y faisant plus de morts en sept mois que la maladie à virus Ebola en un an, selon Médecins Sans Frontières.

Une épidémie de rougeole a provoqué plus de 2.700 décès entre janvier et début août en RDC, y faisant plus de morts en sept mois que la maladie à virus Ebola en un an, a rapporté Médecins Sans Frontières (MSF) dans un tweet.

"L'épidémie de rougeole déclarée le 10 juin dernier est la plus meurtrière que la République Démocratique du Congo (RDC) ait connue depuis 2011-2012. Entre janvier et début août 2019, elle a infecté plus de 145.000 personnes et entraîné 2.758 morts", selon le tweet de MSF-RDC daté de vendredi.

"Malgré l'ampleur de l'épidémie de rougeole en RDC, il y a un manque alarmant d'acteurs et de fonds. Avec 2,5 millions de dollars mobilisés sur les 8,9 millions requis pour le plan de réponse, le contraste avec l'urgence #Ebola, qui attire des centaines de millions de dollars, est frappant", ajoute l'organisation médicale humanitaire.

Les enfants surtout touchés

MSF affirme combattre l'épidémie de rougeole dans 13 provinces de la RDC aux côtés des équipes locales du ministère congolais de la Santé. L'épidémie de rougeole est signalée dans 23 provinces sur 26 que compte le pays, avaient déclaré les autorités sanitaires en juin. "Depuis le début de l'année, MSF a vacciné 474.863 enfants et pris en charge 27.439 patients", lit-on encore.

La rougeole atteint essentiellement les enfants à partir de l'âge de 5-6 mois et les jeunes adultes.

La maladie à virus Ebola a totalisé 1.905 décès depuis sa déclaration le 1er août 2018, selon le dernier bilan des autorités sanitaires congolaises datant de mercredi. Mi-juillet, l'organisation mondiale de la Santé (OMS) avait alerté sur le fait que l'épidémie de rougeole tuait presqu'autant que les deux autres épidémies réunies: celles d'Ebola et de choléra. La rougeole avait alors fait 1.981 morts , contre 1.676 pour Ebola et 279 pour le choléra.

La Belgique pas épargnée

Lundi, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) annonçait qu'au premier semestre 2019 les cas de rougeole à travers le monde avaient triplé par rapport à la même période en 2018. Un rapport de l'institut de recherche de la santé publique (Sciensano) a montré que la Belgique n'a pas été épargnée par cette hausse, surtout en Wallonie et en région de Bruxelles-Capitale.
©BELGAIMAGE



Entre janvier et juin cette année, 357 cas de rougeole on été recensés en Belgique, contre 117 en 2018. Mathématiquement, la Belgique se trouve donc au dessus de la tendance générale qui a triplé depuis l'année dernière. Une hausse constante depuis 2016, après un record atteint entre février et mars 2017.
Si le virus touche principalement les enfants, les jeunes adultes qui souvent ne sont pas vaccinés ou ne connaissent pas leur statut de vaccination, sont également à risque.

En Belgique la vaccination est offerte à tous les enfants et les jeunes à partir de 12 mois.  Pour empêcher une épidémie par la vaccination, il faut un taux de personnes vaccinées de 95%. Or, il n'y a que chez les enfants que ce taux est atteint, et uniquement pour la première des deux doses de vaccin conseillées.
  Pourtant, contracter une maladie infantile peut être davantage critique à l'âge adulte. Dans près de 20% des cas, la rougeole peut entraîner une pneumonie ou un encéphalite (inflammation du cerveau), comme indique le rapport de l'institut de recherche de la santé publique (Sciensano).

 L'Allemagne se dirige vers une vaccination obligatoire contre la rougeole. En Wallonie on observe une défiance vis-à-vis du vaccin, entretenue notamment par les réseaux sociaux.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect