tribune

Face à ce monde qui demeure radicalement incertain

Face à l'incertitude, les idées que défend Keynes méritent une meilleure compréhension dans une perspective plus large.

L'économiste britannique Keynes savait que "ce qui arrive en fin de compte, ce n’est pas l'inévitable mais l'imprévisible". Même si la pandémie n'était pas, à proprement parler, un cygne noir, il n'était nulle part inscrit dans les astres que 2020 et 2021 seraient sous l’emprise du virus.

Hans Bevers.

Le monde est et demeure incertain. Radicalement incertain. Il y a exactement un siècle, en 1921, l'économiste américain Frank Knight expliquait la différence fondamentale entre le risque et l'incertitude. Si les risques peuvent aisément être quantifiés sur la base de l'expérience et de l'analyse statistique, l'incertitude ne peut quant à elle être capturée. Keynes a également écrit, toujours en 1921, que le cours de l'histoire ne se laisse pas réduire à des probabilités objectives. Cette vision d’apparence banale et souvent négligée est essentielle à la vision que Keynes porte sur l'homme, l'économie et la société.

"Deficit spending now"

De nombreux observateurs continuent d'assimiler les idées de Keynes à de simples dépenses gouvernementales en période de récession, comme lors de la pandémie que nous connaissons actuellement. "Keynes est de retour", clament-ils. Et une fois de plus, parce qu'en 2008, le tapis rouge lui avait également été déroulé : "deficit spending now ". Ce n'est pas tout à fait faux. Mais la théorie qu’il défend mérite une meilleure compréhension dans une perspective plus large, indépendamment du coronavirus. Il convient d'accorder une attention toute particulière au rôle crucial que joue l'incertitude.

Bruno Colmant. ©BELGAIMAGE

Le point central de la réflexion de Keynes est que le niveau d'emploi est essentiellement déterminé par la demande globale, et que cette demande ne correspond pas nécessairement au plein emploi. Voilà qui mérite un mot d'explication.

Keynes a divisé la demande privée totale en deux composantes principales : la consommation (généralement une part assez stable des revenus) et l'investissement (dépendant principalement des attentes futures). C'est cette deuxième composante en particulier qui explique pourquoi la demande globale peut accuser un retard par rapport à la capacité de production, entraînant un chômage involontaire.

John Maynard Keynes. ©www.bridgemanimages.com

Incertitude radicale

C’est ici, que le concept d'incertitude joue un rôle crucial. L'investissement, selon Keynes, dépendra de la façon dont "l'efficacité marginale du capital", c'est-à-dire le rendement attendu d'un investissement, se compare au taux d'intérêt du marché. Si le rendement attendu est supérieur au taux d'intérêt du marché, les investissements augmenteront et vice versa. C'est bien sûr plus difficile qu’il n’y parait. Les investisseurs essaient de convertir l'incertitude en risque calculable, mais au départ, une petite incertitude augmente de façon exponentielle avec le temps. Il en résulte que le rendement attendu d'un investissement sur plusieurs années est soumis à une grande incertitude quant à la demande future, ce qui explique immédiatement les vagues récurrentes d'optimisme et de pessimisme.

Afin de revenir au plein emploi dans un délai raisonnable, les gouvernements doivent intervenir.

Keynes s'est également farouchement opposé à la théorie néoclassique selon laquelle le marché est autorégulé. Selon lui, les néoclassiques ont non seulement ignoré la notion d'incertitude radicale, mais ils ont également accordé trop de confiance aux mécanismes de corrections automatiques. Il a rejeté l'idée selon laquelle les salaires, les prix et les taux d'intérêt s'ajustent rapidement et automatiquement afin que le plein potentiel de la main-d'œuvre soit utilisé. Les taux d'intérêt ne rétablissent pas immédiatement et automatiquement l'équilibre entre l'épargne et l'investissement.

La raison en est que l'argent n'est pas seulement un moyen d'échange, mais aussi un dispositif de thésaurisation qui offre une protection contre l'incertitude. Et au lieu de salaires flexibles, Keynes a reconnu que les salaires sont en réalité "rigides" en raison de la mobilité limitée de la main-d'œuvre et de la réticence des travailleurs à accepter une baisse de salaire pure et simple. Le lien avec l'insécurité est à nouveau évident. Afin de revenir au plein emploi dans un délai raisonnable, les gouvernements doivent intervenir. Il est absolument absurde d'attendre que les forces du marché résolvent les problèmes à long terme. Après tout, "sur le long terme, nous sommes tous morts".

Vivre bien

L'histoire économique montre à maintes reprises que les mécanismes du marché libre sont intrinsèquement instables dans un monde radicalement incertain, caractérisé par des changements d'humeur et une rigidité financière et économique. Il s'ensuit que le gouvernement a un rôle crucial à jouer dans la stabilisation des marchés.

Bien que Keynes considère qu’aussi bien la politique monétaire que le budget du gouvernement ont un rôle à jouer, il est clairement en faveur de ce dernier. Il n'a que trop bien compris que la croissance du crédit bancaire pouvait ralentir, même si il s’agit d'argent "bon marché", ce qui ne permet pas d'atteindre l'objectif du plein emploi. La présence ou l'absence de confiance dans un avenir incertain joue à nouveau un rôle clé.

Et pour dissiper un autre malentendu important, l’économiste britannique n'était certainement pas en faveur de déficits publics permanents. Mais comme il l'a dit, "une période de haute conjoncture, et non une période de récession, est le bon moment pour l'épargne publique". Ce principe a été trop souvent bafoué dans le passé, et certainement au lendemain de la crise de 2008-2009. Dans les deux sens, tant aux États-Unis qu’en Europe.

La crise du coronavirus nous a certainement fait réfléchir aux excès de la course folle menée quotidiennement.

Il est évident que la théorie de Keynes doit être mise à jour à la lumière des dernières connaissances développées au sujet des grands défis que nous rencontrons actuellement tels que le changement climatique, le monopole, l'inégalité, la mondialisation et les flux monétaires spéculatifs. Tous ces exemples montrent la manière dont la rationalité individuelle peut se heurter à la rationalité collective, et où le marché a besoin de l'aide du gouvernement.

En tant que macro-économiste, Keynes, serait à même de comprendre ces défis comme les meilleurs d'entre eux. Ses points de vue politico-économiques et éthiques méritent également que l‘on s’y penche. L'économie comme un moyen de vivre bien, et non comme une fin en soi. La crise du coronavirus nous a certainement fait réfléchir aux excès de la course folle menée quotidiennement.  Toutefois, on ne sait pas encore ce que nous en retiendrons lorsque les portes de la liberté bientôt, à nouveau, s'ouvriront. Et à quoi le monde ressemblera dans, disons, cinq ou dix ans... est encore moins certain.

Hans Bevers, Chief Economist Degroof Petercam
Bruno Colmant, CEO Degroof Petercam

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés