Israël a détruit un système de tunnels dans la bande de Gaza

Une nouvelle nuit de violences entre Israël et la bande de Gaza. ©AFP

L'armée israélienne rapporte avoir envoyé 160 avions vers la bande de Gaza pour détruire un réseau de tunnels exploités par le Hamas.

L'armée israélienne a multiplié les bombardements "pour infliger des dommages sévères aux tunnels" qui permettent aux combattants et dirigeants du Hamas de circuler à travers la bande de Gaza à l'abri des caméras de l'État hébreu, voire de traverser côté israélien pour tenter, par exemple, d'y prendre des otages, a-t-elle indiqué. Le mouvement islamiste qui contrôle la région a tiré des centaines de roquettes vers Israël.

Selon le porte-parole de l'armée, Jonathan Conricus, le système de tunnels (appelé Metro) fonctionnait comme une "ville sous la ville". L'ampleur des dégâts infligés à ce réseau reste indéterminée.

Au total, l'armée a dit avoir frappé 150 cibles au cours d'un déluge de feu nocturne, doublé de salves de roquettes de la part du Hamas vers des villes israéliennes du sud comme Sderot, Ashkelon et Beersheva, dans le désert du Néguev. Les frappes ont continué dans la matinée de vendredi, l'aviation ayant notamment ciblé "une brigade terroriste" prête à tirer des roquettes vers Israël, selon l'armée.

Les deux parties sont entrées dans une nouvelle phase du conflit qui prend de l'ampleur depuis plusieurs jours. Après avoir annoncé la présence de ses soldats dans la bande de Gaza, l'armée israélienne a fait marche arrière vendredi, évoquant un "problème de communication en interne".

Plusieurs compagnies internationales, parmi lesquelles KLM, British Airways, Virgin, Lufthansa et Iberia ont annulé leurs vols vers Israël.

Nouveau cycle de violences

Depuis le début, lundi, de ce nouveau cycle de violences, 119 Palestiniens, parmi lesquels 31 enfants, ont été tués dans la bande de Gaza, et 830 personnes ont été blessées, selon les autorités locales. En Israël, où le bouclier antimissile "Dôme de fer" a intercepté environ 90% des quelque 1.800 roquettes tirées cette semaine, le bilan est passé à neuf morts et des centaines de blessés.

Sur le front diplomatique, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira dimanche pour aborder le conflit, le secrétaire général Antonio Guterres ayant appelé à une "cessation des hostilités". Compte tenu des risques liés aux attaques aériennes, plusieurs compagnies internationales, parmi lesquelles KLM, British Airways, Virgin, Lufthansa et Iberia ont annulé leurs vols vers Israël.

Les affrontements en cours ont été déclenchés après un barrage de roquettes du Hamas tirées vers Israël, en "solidarité" avec les plus de 700 Palestiniens blessés dans des heurts, en fin de semaine dernière et lundi avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est, secteur palestinien illégalement occupé par Israël depuis 1967 selon l'ONU. Ces affrontements sur l'esplanade, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, avaient suivi plusieurs jours de heurts à Jérusalem-Est.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés