Israël dit avoir employé pour la première fois ses F-35 furtifs au combat

©BELGAIMAGE

Lors de ses opérations récentes contre des cibles iraniennes en Syrie, l'armée de l'air israélienne a utilisé ses F-35, devenant ainsi le premier pays à les soumettre à l'épreuve du feu. Avant les USA.

Israël a engagé pour la première fois ses F-35 dans des opérations de combat, devenant le premier pays -avant même les USA- à soumettre à l'épreuve du feu ces chasseurs-bombardiers furtifs de construction américaine, a annoncé mardi le commandant de l'armée de l'air.

Les "Adir" ("puissants"), nom des F-35 en hébreu, "sont opérationnels et prennent part à des missions de combat", a déclaré le général Amikam Norkin lors d'une conférence à Herzliya (centre).

"Nous avons effectué la première frappe au monde à partir d'un F-35", a-t-il ajouté.

"Nous avons attaqué à deux reprises au Moyen-Orient en utilisant le F-35, nous sommes les premiers au monde à l'avoir fait", a-t-il souligné, selon des propos rapportés sur le site de l'armée de l'air israélienne.

Il n'a pas fourni plus de précisions. Ces dernières années, l'aviation israélienne passe pour avoir frappé des dizaines de cibles chez son voisin syrien: positions de l'armée du régime de Bachar al-Assad, convois d'armes à destination du Hezbollah libanais et, plus récemment, installations et équipements iraniens.

"Nous avons attaqué à deux reprises au Moyen-Orient en utilisant le F-35".
général Amikam Norkin
Commandant de l'armée de l'air d'Israël

Israël, réputé posséder l'armée la plus puissante de la région, a reçu fin 2016 ses premiers F-35 censés l'aider à maintenir sa supériorité militaire dans une zone où il compte de nombreux ennemis.

Au total, l'Etat hébreu doit recevoir ces prochaines années 50 exemplaires de l'avion construit par le groupe américain Lockheed Martin. Israël avait annoncé en décembre que ses premiers "Adir" étaient opérationnels.

L'armée israélienne a frappé le 10 mai ce qu'elle a présenté comme des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie, en représailles au tir, par les forces iraniennes selon elle, de roquettes contre ses positions sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël.

Cette opération avait suscité une vive inquiétude internationale quant au risque de confrontation ouverte entre Israël et l'Iran.

Le 10 mai, les Iraniens ont lancé 32 roquettes, a indiqué le général Norkin alors que l'armée israélienne avait fait état jusqu'alors d'une vingtaine de projectiles.

Plus d'une centaine de missiles sol-air ont été tirés vers les appareils israéliens lors de l'opération, a-t-il précisé. Tous les avions israéliens sont rentrés intacts à leur base, selon l'armée israélienne.

Lors d'une précédente opération d'Israël contre des objectifs en Syrie il y a quelques mois suite à l'incursion d'un drone iranien en Israël, un F-16 de l'Etat hébreu avait été touché et s'était écrasé lors de son retour en Israël.

Bijoux de technologie à cent millions de dollars l'unité, les F-35 sont présentés par Israël comme l'une des réponses à la "menace" iranienne car réputés capables de passer inaperçus des missiles S-300 livrés à l'Iran par la Russie.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect