L'assassinat de Boris Nemtsov a été planifié

©EPA

L'opposant russe et ancien vice-premier ministre Boris Nemtsov a été tué par balles en plein centre de Moscou, devant le Kremlin. Il semble que son assassinat ait été soigneusement planifié.

L'assassinat de l'opposant russe et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov en plein centre de Moscou a été "minutieusement planifié", ont estimé samedi les enquêteurs russes.
"Il ne fait aucun doute que ce crime a été minutieusement planifié, tout comme le lieu choisi pour le meurtre", sur le Grand pont de pierre, juste à côté du Kremlin, a écrit le Comité d'enquête russe dans un communiqué.
"Selon toute vraisemblance, l'arme qui a été utilisée est un pistolet Makarov", une arme de poing en service dans les forces de police et l'armée russe et par conséquent très répandue, poursuit le communiqué.
Les enquêteurs ont ainsi retrouvé sur les lieux du meurtre six douilles de munition de calibre 9 mm, mais qui proviennent de différents fabricants, ce qui rend plus difficile de déterminer leur origine.
"Boris Nemtsov se rendait avec sa compagne à son appartement, qui est situé non loin du lieu des faits. Il est évident que les organisateurs et les auteurs de ce crime étaient informés de son trajet", a conclu le Comité, chargé de l'enquête.
Selon le communiqué, les témoins du meurtre ont déjà été interrogés par les enquêteurs.
Au delà du crime politiquement motivé, les autorités étudient également la piste islamiste, Boris Nemtsov ayant reçu des menaces suite à son soutien au journal satirique français Charlie Hebdo après les attentats de Paris début janvier, selon le Comité d'enquête.
La piste d'un assassinat lié au conflit ukrainien est également envisagée, l'opposant ayant publiquement appelé les Russes à protester contre "l'agression russe en Ukraine".
"Tout le monde sait que parmi les parties prenantes au conflit se trouvent des individus très radicaux, qui ne répondent à aucune autorité", a déclaré le porte-parole du Comité, Vladimir Markine.
Les internautes russes sont pour leur part nombreux à citer une interview accordée début février par Boris Nemtsov au site internet Sobessedniki.ru, dans laquelle l'opposant avouait craindre pour sa vie à cause de ses prises de position contre Vladimir Poutine.
pop/nm/alc

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés