Publicité

L'EI revendique l'attentat au Caire

©EPA

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat contre le consulat italien au Caire qui a fait samedi un mort et neuf blessés.

Un civil égyptien est mort et dix autres personnes ont été blessées samedi matin dans l'explosion d'une voiture piégée devant le consulat d'Italie, dans le centre du Caire, ont fait savoir le ministère égyptien de la Santé et des responsables de la sécurité.

L'organisation Etat islamique (EI), qui à travers sa branche égyptienne "Province du Sinaï" a multiplié les attaques ces dernières semaines, dont celles qui ont coûté la vie au procureur général d'Egypte au Caire et à des dizaines de soldats dans le Sinaï, a revendiqué cet attentat sur son compte Twitter.

"Grâce à Dieu, les soldats de l'Etat islamique ont pu faire exploser une voiture stationnée devant le consulat italien au Caire avec 450 kg d'explosifs à l'intérieur", dit l'EI.

Un responsable des services de sécurité égyptiens a confirmé à Reuters que l'explosion était due à une voiture piégée.

L'agence de presse officielle Mena, citant une source proche des services de sécurité, avait auparavant avancé que la bombe était placée sous un véhicule garé près du consulat, et qu'elle avait été déclenchée à distance.

La puissance de l'explosion a provoqué d'importants dégâts au bâtiment consulaire, disent des témoins cités par l'agence Mena, et elle a été entendue de loin, dans d'autres quartiers.

Deux policiers figurent parmi les blessés, ajoute Mena.

A Rome, le ministre italien des Affaires étrangères, Paolo Gentiloni, a indiqué qu'il n'y avait aucun Italien parmi les victimes et a assuré sur Twitter que "l'Italie ne se laissera pas intimider".

"La France condamne l'attentat survenu ce matin à proximité du consulat italien au Caire qui a fait un mort et plusieurs blessés", a déclaré pour sa part à Paris le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, ajoutant qu'"elle se tient aux côtés de l'Égypte et de l'Italie dans la lutte contre le terrorisme."

L'Egypte est en proie à des violences quasi quotidiennes depuis que l'armée a renversé le président Mohamed Morsi en juillet 2013, à la suite de grandes manifestations contre son régime, et a déclenché une répression meurtrière contre ses partisans.

Le groupe islamiste Ansar Bayt al Makdis, devenu "Province du Sinaï" depuis qu'il a prêté allégeance à l'EI, a notamment tué plusieurs centaines de soldats et de policiers, notamment dans la péninsule du Sinaï.

Mais l'Egypte a aussi assisté récemment à un regain d'attaques contre des objectifs politiques et touristiques, comme l'attentat suicide commis en juin près du temple antique de Karnak, à Louxor.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés