Publicité

L'Europe hors-jeu dans le conflit israélo-palestinien

Le système de défense antimissile israélien "Iron Dome" intercepte les roquettes tirées par le Hamas vers le sud d'Israël. ©AFP

L'Union européenne a appelé mardi Israéliens et Palestiniens à la "cessation immédiate de la violence". Divisée, elle reste hors-jeu sur le terrain diplomatique.

Les 27 ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne étaient réunis mardi en conseil extraordinaire par vidéoconférence pour tenter de trouver une position commune sur le conflit israélo-palestinien. À l'issue de la réunion, le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a lu une courte déclaration demandant "la cessation immédiate de la violence et la mise en œuvre d'un cessez-le-feu", afin de "protéger les civils et de donner l'accès aux humanitaires à Gaza".

"Nous soutenons le droit d’Israël à se défendre, mais cela doit se faire de façon proportionnée et dans le respect du droit humanitaire."
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE aux Affaires étrangères

"Nous condamnons les tirs de roquettes du Hamas et d'autres groupes terroristes sur Israël. Nous soutenons le droit d’Israël à se défendre, mais cela doit se faire de façon proportionnée et dans le respect du droit humanitaire", a dit Josep Borrell, tout en invitant Israël à "cesser les évictions à Cheikh Jarrah et les activités de colonisation". Cette déclaration a été approuvée par 26 États, seule la Hongrie s'y opposant.

Depuis le début du conflit, les capitales européennes s'avèrent incapables de trouver un consensus qui permettrait à l'Europe de se poser en médiateur. Les États-Unis restent donc la seule grande puissance à pouvoir influer sur la situation. Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a indiqué mardi que son pays menait une diplomatie "intensive" mais "discrète". Les États-Unis continuent toutefois à bloquer toute décision du Conseil de sécurité de l'ONU.

Plus de 200 morts palestiniens

La semaine dernière, des hostilités inédites depuis 2014 ont repris entre Israël et la Palestine. Des incidents sont survenus sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem et dans le quartier de Cheikh Jarrah. Ils ont été suivis d'un tir de roquettes du Hamas et du Jihad islamique depuis Gaza sur le territoire israélien. Israël a répliqué en bombardant des objectifs militaires des deux mouvements islamistes.

En quelques jours, plus de 3.400 roquettes et missiles ont été lancés depuis Gaza, tandis que l'armée israélienne a tiré des centaines de bombes. Ce regain de violence a entraîné la mort de plus de 200 Palestiniens et de douze Israéliens, ainsi que des milliers de blessés de part et d'autre.

3.400
roquettes et missiles
En une semaine, plus de 3.400 roquettes et missiles ont été tirés depuis Gaza sur le territoire israélien.

L'Europe divisée

"Certains États sont très critiques envers Israël, la Belgique, la Suède, le Luxembourg et l'Irlande en tête."
Une source européenne

Le conflit israélo-palestinien est un des plus clivants entre les Vingt-Sept. "Certains États sont très critiques envers Israël, la Belgique, la Suède, le Luxembourg et l'Irlande en tête", dit une source européenne. D'autres pays lui apportent son soutien, en particulier l'Allemagne, l'Autriche et les pays de l'Est, comme la Hongrie, la Tchéquie, la Roumanie et la Bulgarie. La Chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa "solidarité" envers Israël, alors que des drapeaux israéliens ont été brûlés devant deux synagogues à Bonn et à Münster. La Grèce et Chypre se sont également rapprochées d'Israël, un allié dans le contentieux les opposant à la Turquie.

La France reste l'unique pays de l'UE à pouvoir peser sur le conflit en tant que seul membre européen du Conseil de sécurité de l'ONU depuis le Brexit. Paris soutient l'effort de médiation de l'Égypte et des pays arabes.

Ces clivages se sont retrouvés lors d'un débat entre députés européens, mardi en session plénière à Bruxelles. La députée belge Frédérique Ries (RE, MR) a "invité le gouvernement israélien à prendre sa part de responsabilité", tout en accusant le Hamas d'avoir "assassiné la paix". Elle a aussi dénoncé "des chants violemment antisémites entendus dimanche à Bruxelles lors de manifestations de solidarité envers les Palestiniens, à un kilomètre du Parlement européen". L'eurodéputée Marie Arena (S&D, PS) a appelé à "stopper la violence engagée entre le Hamas et Israël", mais aussi "la violence rampante de l'occupation".

Le résumé

  • Les ministres européens des Affaires étrangères ont appelé mardi Israéliens et Palestiniens à un cessez-le-feu immédiat.
  • L'Union européenne condamne les bombardements du Hamas et du Jihad islamique contre le territoire israélien et appelle Israël à la retenue.
  • L'UE reste impuissante en raison de ses divisions sur les actions à mener pour rétablir la paix entre les deux belligérants.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés