Publicité
Publicité
analyse

L'humanité a épuisé ses ressources naturelles annuelles

Afin d'épuiser moins rapidement les ressources de la planète, il faudrait privilégier des modes d'exploitation agricole qui préservent la productivité des sols. ©AFP

Ce jeudi, nous aurons épuisé les ressources naturelles que la planète peut produire pour un an. C'est le jour du dépassement. Les pistes existent pour retarder celui-ci.

Ce jeudi 29 juillet sera le "jour du dépassement" des ressources planétaires. Cinq mois avant la fin de l'année, nous, les Terriens, aurons épuisé les ressources que notre planète offre pour un an. On parle de dépassement lorsque la pression humaine dépasse les capacités de régénération des écosystèmes naturels. Exprimé autrement: il faudrait cette année 1,7 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale de façon durable.

1,7
planète
Nous aurions besoin de 1,7 Terre pour subvenir aux besoins de la population mondiale de façon durable.

L'an dernier, le franchissement de cette frontière avait eu lieu trois semaines plus tard, mais le covid avait alors freiné la consommation. En 2021, nous voilà revenus au niveau de 2019, alors que le covid a encore paralysé nos modes de fonctionnement et que la conscience de l'urgence s'imprègne progressivement dans les mœurs.

La Belgique est un cancre

L'ONG américaine Global Footprint Network, qui calcule chaque année cette date, explique que ce rebond est dû notamment à la hausse des émissions de CO2, avec une empreinte carbone en augmentation de 6,6% sur un an, et à une diminution de la biocapacité forestière mondiale de 0,5% à cause, surtout, du pic de déforestation en Amazonie.

30/3
La Belgique a déjà connu son jour du dépassement: c'était le 30 mars.

Dans l'Union européenne, l'empreinte écologique est particulièrement élevée et la Belgique fait figure de mauvais élève. Cette année, son jour de dépassement est tombé le 30 mars, alors qu'en 2019, il survenait le 6 avril. Le Qatar fait pire: le 9 février, il avait épuisé toutes les ressources que la planète pouvait lui offrir pour l'année. São Tomé-et-Principe, qui est l'un des États les plus pauvres du monde, ne vit à crédit par rapport à la nature qu'à partir du 27 décembre.

Retarder le "jour du dépassement"

Mais comment retarder ce "jour du dépassement"? Plusieurs pistes sont rappelées par Global Footprint Network. Il faudrait davantage protéger les espaces sauvages et restaurer la biodiversité dans les lieux surexploités. Il faut privilégier des modes d'exploitation agricole qui préservent la productivité des sols, le niveau des nappes phréatiques, les cycles de l'eau et la diversité génétique.

Les pistes pour limiter la surconsommation des ressources naturelles sont connues: restaurer la biodiversité, manger moins de viande, décarboner l'économie...

En ville, les bâtiments doivent être économes en énergie et les transports publics, efficaces. On doit décarboner l'économie. Vu que la production de calories animales nécessite beaucoup plus de ressources que celle de calories végétales, il faut réduire la consommation de viande. Le gaspillage de l'alimentation doit être freiné. La réduction de la pression humaine sur la planète passe aussi par une réflexion ouverte sur la surpopulation. Il faut maintenant passer à la vitesse supérieure dans l'application de ces solutions.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés