L'Iran dévoile un nouvel avion de combat, une copie du F-5 américain

©AFP

L'Iran a présenté un nouvel avion de chasse pour équiper son armée de l'air. Le pays a aussi exprimé sa volonté de renforcer sa puissance militaire alors que s'accroissent les tensions avec les Etats-Unis et les rivaux régionaux de la république islamique.

L'Iran a dévoilé lundi un nouvel avion de combat de fabrication 100% iranienne, tout en affirmant que ses capacités militaires sont uniquement dissuasives et visent à parvenir à une "paix durable", en pleine tension avec les Etats-Unis sur le dossier nucléaire.

Selon l'agence de presse iranienne Tasnim, cet avion de chasse dispose d'équipements technologiques "de pointe", dont des radars polyvalents. L'appareil a été testé avec succès et une démonstration de vol a été diffusée par certains médias officiels.

La télévision d'Etat a montré, à l'occasion de la journée nationale de l'Industrie de la Défense, le président Hassan Rohani assis dans le cockpit de l'avion baptisé "Kowsar".

Quand je parle de notre aptitude à nous défendre, cela signifie que nous cherchons une paix durable.
Hassan Rohani

"Certains pensent que lorsqu'on accroît sa force militaire, c'est qu'on cherche la guerre. Mais nous cherchons plutôt la paix et nous ne voulons pas la guerre", a t-il poursuivi dans ce discours télévisé.

"Nous cherchons plutôt la paix et nous ne voulons pas la guerre"
Hassan Rohani
Président iranien

Rohani, président depuis cinq ans et en difficulté sur la plan intérieur, a réaffirmé que l'Iran devait faire preuve de retenue et en même temps de dissuasion, dans une apparente allusion à ses opposants radicaux, qui adoptent un ton plus guerrier vis-à-vis des Etats-Unis.

Qu'est devenu le "Qaher 313"?

Pour les spécialistes, le " Kowsar " est un F-5 Freedom Fighter d’origine américaine modernisé, auquel il ressemble comme deux gouttes d'eau. Avant la révolution islamique, Téhéran s’était procuré des avions de combat auprès des USA, dont des F-4 Phantom, des F-14 Tomcat et des F-5 Freedom Fighter, un appareil léger et maniable, conçu et fabriqué par Northrop au début des années soixante.

Face aux sanctions internationales lui interdisant l'importation de nombreuses armes, l'Iran a développé une industrie nationale de l'armement. Celle-ci procède souvent à une modernisation ou à une imitation de systèmes armes plus anciens. Téhéran avait dévoilé en 2007 le "Saegheh" (Tonnerre), un avion qui ressemblait déjà au F-5 américain, mais avec un empennage double. Il n'aurait été construit qu'à une trentaine d'exemplaires.

En 2013, l'Iran avait par ailleurs présenté un avion de combat baptisé "Qaher 313" (Conquérant) et fabriqué par les entreprises nationales. Mais la plupart des experts avaient, à l'époque, exprimé des doutes sur la viabilité de cet engin de très petite taille aux formes étranges, présenté par Téhéran comme un appareil de "cinquième génération", comme les F-22 ou F-35 américains. Le "Qaher 313" ne semble pas avoir été mis en service actif dans l'armée de l'air iranienne.

Sanctions américaines

Les déclarations iraniennes interviennent en pleine tension avec l'administration du président américain Donald Trump, régulièrement soupçonnée de caresser l'espoir d'un changement de régime en Iran.

→ Arrivé au pouvoir en 2017, Trump a décidé en mai dernier de se retirer de l'accord nucléaire de 2015 entre l'Iran et les grandes puissances. Le 7 août, il a unilatéralement rétabli des sévères sanctions à l'encontre de l'Iran, notamment des blocages sur les transactions financières et les importations de matières premières.

Une nouvelle salve de sanctions touchant le secteur des hydrocarbures est prévue en novembre afin d'accroître la pression sur Téhéran. Des analystes estiment que les ventes de brut iranien pourraient baisser de 700.000 barils par jour par rapport à leur niveau actuel qui est de 2,3 millions de barils chaque jour.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content