L'Iran met en garde l'Anleterre contre une escalade dans le Golfe

©REUTERS

L'Iran a "confisqué" un pétrolier battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz. Des forces américaines vont prendre position en Arabie Saoudite. L'Iran se dit prêt "à tous les cas de figure".

Londres a qualifié d'"acte hostile" la saisie par l'Iran d'un pétrolier britannique, rejetant les explications de Téhéran selon lesquelles le navire aurait été impliqué dans un incident avec un bateau de pêche.
L'arraisonnement du Stena Impero a été effectué vendredi par les gardiens de la Révolution dans le détroit d'Ormuz, la plus importante route maritime du trafic pétrolier mondial.

Il est intervenu plus de deux semaines après la saisie, le 4juillet, d'un pétrolier iranien, le Grace 1, au large de Gibraltar par les autorités britanniques, qui l'accusaient d'acheminer clandestinement des hydrocarbures vers la Syrie.

Téhéran dément que ce pétrolier transportait du pétrole destiné à la Syrie, en violation des sanctions internationales. Il a demandé à maintes reprises que son navire puisse reprendre la mer et menacé Londres de représailles.

Le corps d'élite de la République islamique a diffusé sur internet une vidéo où l'on peut voir des vedettes rapides aborder le Stena Impero et des soldats cagoulés armés de fusils automatiques à bord d'un hélicoptère descendre en rappel sur le pont du pétrolier, la même technique que celle employée par les Royal Marines britanniques pour immobiliser le Grace 1.

L'équipage, composé de 23 marins, se trouve désormais au port de Bandar Abbas et restera à bord du pétrolier jusqu'à lafin de l'enquête, rapportent les médias iraniens.

Paris et Berlin en soutien

La ministre britannique à la Défense, Penny Mordaunt, a dénoncé un "acte hostile" de l'Iran. Le chargé d'affaires iranien à Londres a été convoqué au Foreign Office.

Le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt a fait part au téléphone de "son extrême déception" à son homologue iranien Mohammad Javad Zarif. Ce dernier a répondu que le navire ne serait pas relâché tant que la procédure légale n'aurait pas été menée à terme.

Sur Twitter samedi matin, Jeremy Hunt a estimé que la saisie du Stena Impero dans le Golfe montrait que Téhéran était vraisemblablement en train d'opter pour un comportement illégal visant à déstabiliser la situation.

"L'acte commis hier dans le Golfe laisse penser, de façon inquiétante, que l'Iran est sans doute en train de choisir lavoie d'un comportement illégal et déstabilisateur, après lasaisie LÉGALE de pétrole destiné à la Syrie", a dit Hunt sur Twitter.

Dans le sillage de Londres, la France a fait part samedi matin de sa "grande préoccupation" et a appelé Téhéran à libérer le bâtiment "dans les meilleurs délais".

Berlin également a condamné samedi la saison "injustifiable"du Stena Impero et réclamé la libération de son équipage.

Les trois puissances européennes sont signataires de l'accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne en 2015, dont l'avenir est remis en cause depuis que Washington l'a récusé en mai 2018 et a rétabli de lourdes sanctions contre Téhéran. 

Ce dimanche,l'Iran a conjuré le Royaume-Uni de contenir ses "forces politiques internes" qui,selon lui, recherchent une escalade des tensions entre Londres et Téhéran. "Le gouvernement, à Londres, doit contenir les forcespolitiques intérieures qui souhaitent une escalade de la tension entre l'Iran et le Royaume-Uni, bien au-delà de la question desnavires. C'est plutôt dangereux et imprudent, au moment où la région traverse une passe délicate", a écrit sur Twitter Hamid Baeidinejad. Il a assuré en outre que "l'Iran est déterminé et prêt pour différents cas de figure".

Un responsable iranien a déclaré dimanche à la télévision publique iranienne que les 23 membres d'équipage du pétrolier arraisonné vendredi par les Gardiens de la Révolution, le StenaImpero, étaient tous saufs et en bonne santé.

Priorité à la désescalade

Samedi soir, The Telegraph rapportait que le gouvernement britannique préparait des mesures visant à sanctionner l'Iran après l'arraisonnement du Stena Impero.

Selon le journal britannique, le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt a prévu d'annoncer ce dimanche des mesures diplomatiques et économiques visant Téhéran en réponse àl'incident.

Londres pourrait aussi pousser auprès des Nations unies et de l'Union européenne pour qu'elles acceptent de réinstaurer les sanctions contre l'Iran qui ont été levées dans le cadre de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, ajoute leTelegraph.

Dans une lettre transmise samedi au Conseil de sécurité des Nations unies et au secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, la mission diplomatique britannique dénonce une "ingérence illégale" de l'Iran.

Le pétrolier se trouvait dans les eaux territoriales d'Oman lorsqu'il a été intercepté par les forces iraniennes, écrit-elle dans le document que Reuters a pu consulter, et il exerçait donc "son droit de transit dans un détroit international comme prévu dans le cadre du droit international".

La mission britannique à l'Onu dit être très préoccupée par les tensions actuelles avec l'Iran et souligne que sa priorité est une désescalade. "Nous ne cherchons pas la confrontation avec l'Iran", dit-elle dans la lettre. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect