L'OMS corrige le niveau de la menace du coronavirus dans le monde

©AFP

L'OMS a corrigé son évaluation de la menace du virus chinois qui passe à "élevée" à l'international.

L'OMS a corrigé ce lundi son évaluation de la menace liée au coronavirus, la qualifiant d'"élevée" à l'international et non plus de "modérée" comme elle l'avait écrit jusqu'à présent en raison d'une "erreur de formulation".

Jusqu'à présent, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait écrit que le risque était "très élevé en Chine, élevé au niveau régional et modéré au niveau international". "Il s'agissait d'une erreur de formulation, et nous l'avons corrigée", a expliqué une porte-parole de l'organisation basée à Genève. Cette correction ne change pas le fait que l'OMS ne considère pas que l'épidémie constitue une "urgence de santé publique de portée internationale".

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé ce terme que pour de rares cas d'épidémies requérant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la République démocratique du Congo depuis 2018.

Par ailleurs, la ville de Pékin a fait état de son premier décès du coronavirus. La victime est un homme de 50 ans qui s'était rendu le 8 janvier dans la ville de Wuhan, le foyer de l'épidémie, et était tombé malade, avec de la fièvre, après être revenu dans la capitale chinoise sept jours plus tard. Il a succombé lundi à une défaillance respiratoire.

Des scientifiques de l'Université de Hong Kong (HKU) ont mis en garde quant à une accélération de la propagation du coronavirus, qui a officiellement fait 81 morts en Chine. Au total, 2.744 cas ont officiellement été confirmés dans ce pays, dont celui d'un bébé de neuf mois, alors que le nombre de cas suspects a doublé en l'espace de 24 heures, à près de 6.000. Le virus s'est également déjà propagé au monde entier, des cas ayant été confirmés en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et dans une dizaine de pays asiatiques.

Faisant partie de la famille des coronavirus, le virus 2019-nCoV provoque des symptômes grippaux chez les personnes contaminées, pouvant aller jusqu'à des syndromes respiratoires sévères.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés