Publicité

La Chine va explorer la mystérieuse face cachée de la Lune

©REUTERS

La Chine veut envoyer dans le courant de l'année un robot sur la face cachée de la Lune. Pékin a envoyé lundi un satellite dans l'orbite de la Terre pour transmettre les photos qu'il prendra.

Une moitié de la Lune reste noire en permanence. Une originalité qui a toujours enflammé l’imagination puisque par définition, elle est… cachée. Fruit des forces de marée régulées par la force de gravitation entre la Terre et la Lune pendant plusieurs millions d’années, la Lune a en effet ralenti sa rotation autour d’elle-même au point de la faire coïncider avec sa révolution autour de la Terre. Résultat: elle nous montre toujours sa plus belle moitié.

L’autre, plongée dans le noir, a été photographiée par les Russes en 1959, et survolée par les Américains en 1968, mais c’est la Chine qui aura le privilège d’y faire alunir un robot dans le courant de l’année, exercice difficile puisque toute communication de ce côté-là du satellite avec la Terre est particulièrement compliquée. Ce lundi, la Chine a donc lancé un satellite relais pour préparer son futur projet. Lors de l’arrivée du robot téléguidé sur la Lune, le satellite se trouvera à un endroit qui lui permettra d’assurer les échanges avec la Terre, tout en ayant dans sa ligne de visée la face cachée de la Lune.

"Ce lancement est une étape cruciale pour la Chine dans son objectif de devenir le premier pays à envoyer une sonde capable d’alunir en douceur et d’explorer la face cachée de la Lune", s’est félicité Zhang Lihua, le responsable du projet de satellite, cité par l’agence Chine nouvelle. Le satellite permettra le contrôle par des techniciens restés sur Terre du robot Chang’e-4, qui tire son nom d’une déesse de la mythologie chinoise.

Le robot sera envoyé d’ici fin 2018 dans le bassin Pôle Sud-Aitken, le plus large cratère d’impact connu du système solaire (2.400 kilomètres), une zone également censée avoir un grand potentiel pour les recherches, selon Chine Nouvelle. L’un des avantages du cratère est qu’il est à l’abri des interférences électromagnétiques de la Terre et permet une meilleure "écoute" du cosmos. Cette partie de la Lune regorge également de l’isotope 3 de l’hélium, élément très rare sur Terre mais très utile comme combustible pour la fusion nucléaire, une source d’énergie non encore exploitée mais au potentiel gigantesque.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés