La laïcité québécoise à l'épreuve de l'islam militant

Les musulmanes du Québec militent pour obtenir le retrait de la loi sur la laïcité dans la fonction publique québecoise. © Anadolu Agency ©Anadolu Agency

L’adoption d’une loi sur la laïcité pour certaines catégories de fonctionnaires québécois soulève la colère des musulmans de la Belle province et du très multiculturel Canada anglais.

"L’État du Québec est laïque." Dès son article un, la loi 21 sur la laïcité de l’État québécois déchaîne les passions. Celle-ci "repose sur quatre principes, soit la séparation de l’État et des religions, la neutralité religieuse de l’État, l’égalité de tous les citoyens et citoyennes, ainsi que la liberté de conscience et la liberté de religion". Ni les professeurs, ni les policiers ou les magistrats ne peuvent porter de signes religieux dans le cadre de leurs fonctions. Premières visées, les musulmanes du Québec multiplient les manifestations contre la loi 21, entérinée pourtant en juin dernier.

"Je me sens comme une citoyenne de seconde classe avec des droits limités."
Fatima Ahmad
étudiante portant le voile intégral

L’égérie du mouvement anti-laïcité est une jeune avocate québécoise d’origine libanaise, Nour Fahrat. Hijab noir, surprenantes lèvres botoxées à outrance, cette juriste de 28 ans revendique son "féminisme". Elle a écrit une lettre ouverte à ses collègues avocats de la Belle province: "Je caresse le rêve de devenir procureure de la Couronne. (…) Or, je suis une jeune avocate qui porte le voile et la loi 21 fait obstacle à mes rêves et ambitions et ce, sur la base de mes croyances religieuses."

Nour milite avec de nombreux autres musulmans pour obtenir le retrait de la loi. "Je me sens comme une citoyenne de seconde classe avec des droits limités. Je me sens de moins en moins Canadienne (…) Je prévoie de déménager aux Émirats Arabes Unis ou à Calgary", a confié récemment au quotidien The Globe and Mail, Fatima Ahmad, une étudiante de 23 ans portant le voile intégral.

Si à l’instar de Fatima, les musulmanes intégristes dénoncent un climat délétère au Québec, l’immense majorité des Québécois, bons enfants, ne voient dans le Niqab qu’une faute de goût.

Le Canada anglais contre le Québec

À la mi-décembre, les tribunaux québécois ont rejeté les demandes des organisations musulmanes de suspendre la loi 21. Peu avant Noël, ces dernières ont fait part de leur décision d’aller jusqu’en Cour suprême. "Nous avons dit aux Québécois et aux Canadiens que nous n’arrêterions pas notre travail tant que cette loi injuste n’aura pas été vaincue", a déclaré le directeur exécutif du Conseil national des musulmans canadiens, Mustafa Farooq.

La loi 21 a été l’occasion d’un déchaînement de haine du Canada anglais contre le Québec. Un chroniqueur du Toronto Sun y voyant même le 17 décembre dernier l’influence de la France où de "telles lois ont banni les musulmanes de postes clés". Les anglophones considèrent la loi sur la laïcité comme une atteinte à la liberté religieuse, mais aussi au multiculturalisme. Une situation révélatrice des différences entre deux mondes anglophones et francophones irréconciliables.

Dans une lettre ouverte au cyberquotidien La Presse, l’ancien ministre du Commerce et de l’industrie du Québec, Rodrigue Tremblay, s’en est ému: "Nombreux sont ceux au Canada anglais qui semblent ignorer que le Québec a un système juridique différent du reste du Canada et cela depuis 1774", avant d’ajouter: "Il y a une propagande insidieuse, lancée essentiellement par des médias de Toronto contre le Québec."

Les tentatives de Québec de s’affranchir du religieux ne datent pas d’hier. Les Québécois se sont détachés du catholicisme au début des années 1960 lors de "Révolution tranquille". Québec a tenté, en 2013, via une Charte des valeurs québécoises, d’interdire les signes religieux ostentatoires dans la fonction publique. Sans succès. Le projet était celui d’une laïcité à deux vitesses. Québec avait prévu de conserver un gros crucifix au-dessus du siège du président de l’Assemblée nationale du Québec.

Cette fois, François Legault ne s’est pas laissé prendre au piège. Il a fait décrocher le crucifix, mais le futur de la loi 21 reste incertain. Même si des musulmanes sont en désaccord avec le port du voile, les opposants musulmans à la laïcité, en déposant une plainte en Cour suprême du Canada, devraient obtenir gain de cause. Non sans provoquer la fureur de bien des Québécois "pure laine". La saga sur la laïcité est loin d’être terminée.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés