La promesse de don de vaccins du G7 jugée insuffisante

Les dirigeants du G7 réunis dans la station balnéaire de Carbis Bay, dans les Cornouailles. ©AFP

Le sommet du G7 devrait aboutir à une promesse de don d'un milliard de doses de vaccins anti-covid pour les pays pauvres. Un effort jugé insuffisant par les ONG, alors que le nombre de doses garantissant l'immunité collective est estimé à 11 milliards.

Les dirigeants du G7 , réunis de vendredi à dimanche à Carbis Bay (sud-ouest de l'Angleterre), devraient promettre de livrer un milliard de doses de vaccins anti-covid aux pays les plus pauvres de la planète. L'annonce, faite jeudi soir par le Premier ministre britannique Boris Johnson, est jugée insuffisante par les ONG.

"En vaccinant plus de personnes dans le monde, non seulement nous aiderons à mettre fin à la pandémie de coronavirus, mais nous réduirons aussi le risque pour la population au Royaume-Uni."
Boris Johnson
Premier ministre britannique

C'est la première fois que les dirigeants du G7, l'instance censée réunir les sept pays les plus industrialisés de la planète (États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada), se rencontrent en personne depuis le début de la pandémie de coronavirus.

Ce sommet marque le retour des États-Unis sur la scène internationale sous la présidence de Joe Biden, après des années de repli sous Donald Trump. La crise sanitaire et la reprise d'une économie mondiale sonnée par la pandémie sont au cœur des discussions.

"En vaccinant plus de personnes dans le monde, non seulement nous aiderons à mettre fin à la pandémie de coronavirus, mais nous réduirons aussi le risque pour la population au Royaume-Uni", a déclaré Boris Johnson, le Premier ministre britannique.

"Un échec"

Joe Biden a annoncé peu avant son arrivée que les États-Unis distribueraient 500 millions de doses de vaccins aux pays pauvres. Le Royaume-Uni s'est engagé à en livrer 100 millions. L'Union européenne s'est déjà engagée à verser 1 milliard d'euros à l'initiative Covax, qui vise à distribuer 1,3 milliard de doses aux pays les plus pauvres d'ici la fin 2021. Avant le début du sommet, le président français Emmanuel Macron a invité les laboratoires à distribuer 10% de leurs vaccins.

"Si le mieux que puissent faire les dirigeants du G7 est de donner un milliard de doses, alors ce sommet aura été un échec."
Anna Marriott
Responsable de la santé publique chez Oxfam

L'effort est jugé "encourageant" par Covax et l'OMS, mais reste "insuffisant" pour les ONG.

"Si le mieux que puissent faire les dirigeants du G7 est de donner un milliard de doses, alors ce sommet aura été un échec", a indiqué Anna Marriott, responsable de la santé publique chez Oxfam. L'ONG rappelle qu'il faudrait 11 milliards de doses pour garantir la vaccination de la population mondiale et atteindre l'immunité collective.

Six mois après le début des campagnes de vaccination, 2,2 milliards de doses ont été administrées dans le monde, dont un quart dans les pays du G7. À peine 6,2% de la population planétaire est vaccinée, selon l'OMS, alors que le taux de vaccination doit atteindre 90% pour garantir une immunité collective.

6,2%
de la population mondiale
À peine 6,2% de la population planétaire est vaccinée, alors que le taux de vaccination doit atteindre 90% pour garantir une immunité collective.

Suspension des brevets vaccinaux

Au-delà des promesses de dons, les dirigeants du G7 discuteront du partage des vaccins, après la proposition du Président des États-Unis de lever les brevets sur les vaccins anti-covid. Aucune décision n'est attendue sur ce point, tant les avis sont divergents.

La Commission européenne et plusieurs États de l'UE, opposés à une levée des brevets vaccinaux, n'ont pas l'intention de suivre Joe Biden sur ce terrain. Pourtant, le Parlement européen a approuvé mercredi en plénière une résolution soutenant l'idée d'une levée temporaire des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins contre la Covid-19. Les eurodéputés demandent aussi que l'UE lève les obstacles à l'exportation des technologies et des matières premières servant à fabriquer les vaccins.

Il y a peu de chance que cette résolution aboutisse à un changement. L’exécutif européen estime que le problème se trouve au niveau des capacités de production, et non des brevets. L'UE préfère contribuer via l'initiative Covax et financer l'implantation d'usines dans les pays les plus pauvres.

Pour les pharmas, le transfert des brevets et des technologies à des fabricants "inexpérimentés" ne permettrait pas de résoudre la crise sanitaire à temps et pourrait engendrer des problèmes d'approvisionnement en matières premières.

Le résumé

  • Les dirigeants du G7, réunis pour la première fois en personne depuis le début de la pandémie de coronavirus, doivent annoncer un don d'un milliard de doses de vaccins anti-covid aux pays les plus pauvres de la planète.
  • Pour les ONG, ce don reste insuffisant, l'effort pour vacciner la population mondiale étant estimé à 11 milliards de doses.
  • Le sommet du G7 se penchera aussi sur la suspension des brevets vaccinaux, une proposition du président américain Joe Biden jugée inacceptable par l'UE malgré le vote, jeudi, d'une résolution du Parlement européen recommandant la levée des brevets.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés