La saison des bals viennois, entre tradition et gros sous

©AFP

Les bals de Vienne attirent quelque 500.000 convives prêts à dépenser en moyenne 275 euros par bal et par personne.

Qu’il s’agisse de se procurer un partenaire de danse, un cours express de valse ou de distribuer des cadeaux publicitaires, les célèbres bals viennois, dont la saison culmine en janvier et février, conjuguent la tradition à un solide sens des affaires.

Les quelque 450 bals organisés cet hiver dans la capitale autrichienne devraient attirer plus de 500.000 convives. Parallèlement, des milliers de travailleurs vivent de ce secteur d’activité prospère dans l’hôtellerie, la gastronomie, la confection de smokings et de robes de bal, les salons de coiffure, le commerce de fleurs, les orchestres de danse de salon.

Pour cette saison record, les convives dépenseront 139 millions d’euros, en hausse de 8 millions par rapport à l’an dernier, soit 275 euros en moyenne par bal et par personne, selon la chambre de commerce.

139 millions d’euros
Dépenses
Pour cette saison record, les convives dépenseront 139 millions d’euros, soit 275 euros en moyenne par bal et par personne.

Chaque bal a un ticket d’entrée, dont le coût s’envole en fonction du prestige. "Certains bals sont devenus de grosses affaires commerciales", reconnaît Ronan Svabek, maître de cérémonie du plus célèbre d’entre eux, le bal de l’Opéra.

Rares sont les soirées qui n’ont pas leurs sponsors, leur service de presse, leur placement de produits. Au Bal des Bonbons, une dizaine de marques de biscuits, de glaces et de sucreries distribuent échantillons et cadeaux publicitaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect