Publicité

La santé d’Alexeï Navalny inquiète, des médecins sur place

Alexeï Navalny aurait de la fièvre et souffrirait d'une forte toux. Il aurait également, selon son avocate, perdu 5 kg en une semaine. ©REUTERS

Douze médecins russes se sont rendus ce mardi dans la colonie pénitentiaire de Pokrov pour obtenir des informations sur l'état de santé de l'opposant politique.

Interpellés par des informations selon lesquelles Alexeï Navalny serait malade, douze médecins russes se sont rendus mardi dans la colonie pénitentiaire de Pokrov pour réclamer des informations sur l'état de santé de l'opposant politique.

Le détracteur du Kremlin aurait déclaré, ce lundi, via Instagram, avoir de la fièvre et souffrir d'une forte toux.

Alexeï Navalny ne semble pas aller mieux et ses publications sur les réseaux sociaux ne se veulent pas plus rassurantes. Le détracteur du Kremlin aurait déclaré, ce lundi, via Instagram, avoir de la fièvre et souffrir d'une forte toux, en plus des douleurs au dos et des problèmes aux jambes dont il se plaint depuis la fin du mois mars. Navalny affirme également qu'un détenu de son baraquement aurait été hospitalisé lundi des suites d'une tuberculose. Il s’agirait du troisième détenu à avoir contracté la maladie en une semaine.

Les propos sur l'état de santé de Navalny ont été corroborés par Olga Mikhaïlova, son avocate. Interrogée par la chaîne de télévision d'opposition Dojd, elle a indiqué que son client avait perdu 5 kg en moins d'une semaine. Le journal pro-Kremlin Izvestia a, quant à lui, rapporté qu’Alexei Navalny avait été transféré dans une unité médicale spécialisée.

Pas de traitement de faveur

Inquiète, la délégation de médecins russes s'est rendue sur place sans attendre. "Je suis préoccupée, comme tous ceux qui sont venus ici. La santé doit être la priorité", a déclaré aux journalistes Anastassia Vassilieva, son médecin attitré, accompagnée d'une poignée de collègues. Selon l'AFP, l'équipe de médecins aurait demandé à rencontrer le directeur de la colonie pénitentiaire et les personnes chargées du suivi de la santé de Navalny. "Nous voulons comprendre ce qu'il se passe et montrer au monde entier que la Russie sait dialoguer et soigner comme il se doit", a ajouté Anastassia Vassilieva.

Le porte-parole du Kremlin soutient que Navalny est un "prisonnier comme les autres" et qu'il ne doit pas bénéficier "de conditions particulières".

Du côté du Kremlin, pas d'inquiétude à l'horizon. Son porte-parole soutient que Navalny est un "prisonnier comme les autres" et qu'il ne doit pas bénéficier "de conditions particulières". Tout "traitement de faveur" est donc exclu.

Pourtant, à Pokrov, personne à ce jour ne serait capable d'évaluer correctement la santé de Navalny. Selon Olga Mikhaïlova, la colonie pénitentiaire, située à 100 km de Moscou, ne dispose pas d'un médecin attitré, mais seulement d'un aide-soignant.

Grève de la faim

Cs inquiétudes s'inscrivent dans la continuité des déclarations récentes faites par Alexei Navalny. Le 31 mars, il avait annoncé vouloir entamer une grève de la faim pour dénoncer ses conditions de détention, à savoir l'absence d'accès aux soins et une "torture" par privation de sommeil. Ses proches disaient craindre pour sa santé.

Victime en août 2020 d'un empoisonnement par un agent neurotoxique, le Novitchok, Alexeï Navalny a passé plusieurs semaines plongé dans le coma, en Russie puis dans un hôpital allemand vers lequel il avait été transféré en urgence. Arrêté le 17 janvier dès son retour en Russie, il a été condamné à deux ans et demi de prison pour avoir, selon les autorités russes, violé les conditions d'une peine de prison avec sursis dont il a écopé en 2014.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés