Publicité

Le PAM, prix Nobel de la paix et dernier rempart contre la famine au Yémen

Une femme porte un enfant souffrant de malnutrition dans un centre du Programme alimentaire mondial (PAM) au Yémen. ©AFP

Le prix Nobel de la paix a été décerné au Programme alimentaire mondial (PAM). Le Yémen, confronté au spectre de la famine, est un des terrains d'intervention les plus intenses de l'organisation onusienne.

Le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) pour "ses efforts afin de combattre la faim" dans le monde. L'an dernier, le PAM, présenté comme "la plus grande organisation humanitaire", est venu en aide à 97 millions de personnes dans plus de 80 pays.

"Il ne s'agit pas seulement de fournir de la nourriture, mais de créer des sociétés durables où les besoins alimentaires sont garantis."
Berit Reiss-Andersen
Présidente du Comité Nobel

Le Comité Nobel a insisté sur le lien entre les populations affamées et les guerres. "La nourriture est souvent utilisée comme une arme de guerre, et la famine accroît les conflits", a expliqué la présidente du Comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. "Il ne s'agit pas seulement de fournir de la nourriture, mais de créer des sociétés durables où les besoins alimentaires sont garantis".

Famine et pandémie

Le Comité Nobel a également fait le lien entre les famines et la récession économique provoquée par le Covid-19. "La pandémie de coronavirus a contribué à une forte augmentation du nombre de victimes dans le monde", a déploré Berit Reiss-Andersen, citant les pays les plus atteints, comme le Yémen, la République démocratique du Congo et le Sud Soudan. "Jusqu'au jour où nous aurons le vaccin, la nourriture restera le meilleur vaccin contre le chaos", a-t-elle ajouté.

"Jusqu'au jour où nous aurons le vaccin, la nourriture restera le meilleur vaccin contre le chaos."
Berit Reiss-Andersen
Présidente du Comité Nobel

En 2019, plus de 135 millions de personnes souffraient d'une faim aiguë et plus de 690 millions étaient en état de sous-alimentation chronique. "Le nombre le plus important depuis longtemps", a précisé la présidente du Comité Nobel.

Une crise alimentaire "d'une proportion inconcevable" menace le monde si "le PAM, et les autres organisations d'assistance alimentaire ne reçoivent pas les soutiens financiers qu'ils ont demandés", a-t-elle ajouté. Le PAM, financé par des contributions volontaires, a reçu environ 8 milliards de dollars en 2020.

Le PAM a adressé ses "profonds remerciements" au Comité Nobel. "C'est un puissant rappel au monde que paix et éradication de la faim sont indissociables", a indiqué l'agence onusienne. "C'est une reconnaissance incroyable", a réagi le directeur exécutif du PAM, David Beasley.

Le Yémen au bord du gouffre

Le Yémen, où la guerre fait rage entre le pouvoir et des rebelles, est un des terrains d'intervention les plus intenses du PAM. Ce pays de 29 millions d'habitants est confronté à l'une des pires crises alimentaires de la planète.

Depuis le début du conflit en 2014, l'aide alimentaire dispensée par l'organisation onusienne semble être la seule chose qui empêche la population yéménite de sombrer dans une famine extrême.

La crise économique, aggravée par la guerre, a entraîné une flambée des prix des denrées alimentaires. La monnaie nationale, le riyal, s'est effondrée, tandis que les réserves de devises étrangères sont quasi épuisées.

Le Yémen vit à 90% des importations de matières de base, y compris la nourriture. Mais l'approvisionnement, le plus souvent par les ports, s'est raréfié en raison de la guerre et de la pandémie de coronavirus.

Le PAM déploie des efforts considérables pour faire parvenir l'aide, tous les moyens de transport étant utilisés. En plus d'acheminer de l'aide directe dans les zones où la nourriture ne parvient plus, le PAM offre aussi de l'argent, environ 12 dollars par mois, pour aider les populations là où les commerces sont encore approvisionnés.

Venir en aide à 13 millions de personnes

Le PAM s'est fixé pour objectif de venir en aide à 13 millions de personnes dans ce pays, le plus pauvre de la péninsule arabique. Mais seulement un tiers des fonds de 3,6 milliards de dollars prévus pour cette année ont été débloqués.

"Les restrictions de mouvement, les couvre-feux et la période de quarantaine de 14 jours imposée aux navires dans les ports entraînent des retards dans la chaîne d’approvisionnement de l’aide alimentaire."
Elisabeth Byrs
Porte-parole du PAM

Pour tenir, l'agence affirme qu'elle a besoin de toute urgence de 737 millions de dollars jusqu'à la fin de l'année. La situation est dramatique, car le PAM a du réduire son aide en attendant de nouveaux fonds. Or, plus de 20 millions de Yéménites seraient en situation d'insécurité alimentaire, selon les dernières estimations. Parmi eux, un million de femmes enceintes ou allaitantes ont besoin d’un traitement contre la malnutrition aiguë.

En 2019, l'organisation était parvenue à contenir la famine. Mais les combats se sont intensifiés ces derniers mois, et la pandémie de coronavirus aggrave considérablement la situation. "Les restrictions de mouvement, les couvre-feux et la période de quarantaine de 14 jours imposée aux navires dans les ports entraînent des retards dans la chaîne d’approvisionnement de l’aide alimentaire", affirme Elisabeth Byrs, une porte-parole de l'agence. En plus de paralyser le pays, le Covid-19 a causé la mort de trois membres du personnel national du PAM et de nombreux autres sont tombés malades.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés