Le sommet climat de Biden, marqueur de l’ambition avant la COP26

Raffinerie de pétrole à Los Angeles, Californie. Le président américain doit annoncer un nouvel objectif de réduction d'émissions pour 2030. ©REUTERS

En attendant de nouvelles annonces américaines, le sommet climat convoqué par Joe Biden préface une accélération de l’effort climatique en amont de la conférence de Glasgow.

L’événement marque le retour des USA aux avant-postes de la lutte contre le réchauffement climatique. Ces jeudi et vendredi, le président américain réunit quarante dirigeants autour d’un sommet virtuel sur le climat. À l'approche de ce rendez-vous, et de la conférence des Nations unies sur le Climat, la COP26 qui se tiendra en novembre à Glasgow, des gouvernements abattent de nouvelles cartes sur le front climatique.

Londres aux avant-postes

La plus spectaculaire est venue mardi du Royaume-Uni. Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé l’objectif de réduire de 78% les émissions du pays d’ici 2035 par rapport à 1990 – en tenant compte de l’aviation internationale et de la marine. Il y a moins de deux ans, c'était à peu de choses près l'objectif du Royaume-Uni pour 2050 (-80%). "Nous voulons continuer à relever le niveau en matière de lutte contre le changement climatique, et c'est pourquoi nous fixons l'objectif le plus ambitieux de réduction des émissions au monde", a déclaré Johnson.

"Nous voulons continuer à relever le niveau en matière de lutte contre le changement climatique, et c'est pourquoi nous fixons l'objectif le plus ambitieux de réduction des émissions au monde."
Boris Johnson
Premier ministre britannique

De son côté, l’Union européenne tentait mardi soir de boucler un accord sur sa loi climat – qui doit notamment fixer son objectif de réduction d’émissions pour 2030 (le Parlement réclame 60%, les États membres 55%). De son côté, le commissaire européen aux Affaires économiques, Paolo Gentiloni, a annoncé pour l'été une proposition de révision des règles de taxation de l'énergie "pour que les produits énergétiques les plus polluants soient davantage taxés que ceux moins nocifs pour l'environnement".

Et en Russie, la Duma a adopté mardi en première lecture une loi climat qui doit mettre en place un système d'échange d'unités d'émissions de carbone pour les industries les plus polluantes. Le pays redoute les effets d'un mécanisme européen d'ajustement carbone aux frontières - en vertu duquel des biens industriels coûteront plus cher à l'importation s'ils ne sont pas soumis à des efforts environnementaux comparables à ceux auxquels l'industrie européenne se plie.

En attendant Biden

Le sommet, qui se tiendra en ligne, réunira 40 dirigeants, dont Xi Jinping et Vladimir Poutine, alors que la Chine et la Russie sont au cœur de vives tensions diplomatiques avec les États-Unis et l’Union européenne. Dix-sept des dirigeants présents sont à la tête de pays responsables de 80% des émissions globales. D’autres font figure de pionniers de la lutte contre le réchauffement planétaire, ou sont en première ligne face à ses effets.

Joe Biden doit profiter de ce sommet pour annoncer – avant ou pendant l’événement – un objectif pour 2030 de réduction d’émissions des États-Unis.

Joe Biden doit profiter de ce sommet pour annoncer – avant ou pendant l’événement – un objectif pour 2030 de réduction d’émissions des États-Unis, deuxième émetteur mondial. L’Accord de Paris sur le climat prévoit que les États mettent à jour leur objectif tous les cinq ans, dans un processus qui doit générer l’émulation nécessaire pour limiter le réchauffement entre 1,5 et 2°C par rapport au début de l’ère industrielle.

Dès son entrée en fonction, Joe Biden avait réintégré les États-Unis à cet accord, revenant sur la décision de son prédécesseur, et engagé le pays vers la neutralité carbone d'ici 2050.

L’annonce américaine est attendue comme l'une des étapes clés sur le chemin de la conférence de Glasgow sur le climat, la COP26, retardée d’un an en raison de la pandémie de Covid-19. La concentration de CO2 dans l'atmosphère a atteint son record historique le mois dernier avec 417,6 parties par million (ppm) mesurées à l'observatoire américain de Mauna Loa, dépassant ainsi le précédent record enregistré en mai 2020.

Le "sombre avertissement" de l'AIE

Après un recul en 2020, les émissions de gaz à effet de serre générées par la production d'énergie sont parties pour connaître de nouveaux records, alors que l'usage du charbon est en hausse à l'échelle mondiale. Selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) les émissions énergétiques devraient augmenter de 4,8% cette année, pour atteindre 33 milliards de tonnes de CO2. Ce serait la deuxième augmentation la plus forte enregistrée, après celle qui a suivi la crise financière de 2008. L'an dernier, sous l'effet des mesures de confinement, les émissions énergétiques avaient reculé de 5,8%.

Sous l'effet d'une poussée de l'activité dans les pays émergents, la demande de charbon devrait croître de 4,5% cette année, prévoit l'AIE, et dépasser ainsi son niveau de 2019. À elle seule, la Chine représente la moitié de cette hausse.

La demande de gaz aussi va dépasser son niveau de 2019, tandis que celle de pétrole prend le chemin d'une forte hausse, mais qui n'atteindrait pas son niveau d'avant-crise - notamment en raison d'un secteur aérien toujours ankylosé.

Malgré le ralentissement économique, la demande énergétique mondiale ne devrait être que de 1,2% sous son niveau de 2019. "Un sombre avertissement", selon le directeur de l'AIE, Fatih Birol, "qui montre que la reprise économique après la crise du Covid est à ce jour tout sauf soutenable pour notre climat". Et de prévenir: sans mesures rapides de la part des gouvernements, la situation sera pire encore en 2022.

Le résumé

  • Quarante chefs d'État et de gouvernement se réunissent à l'appel de Joe Biden pour un sommet de l'ambition climatique.
  • Les États-Unis doivent annoncer leur objectif de réduction d'émissions pour 2030.
  • Londres lève la barre haut en annonçant une réduction de 78% de ses émissions pour 2035.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés