Les Brics créent leur propre banque de développement

Le président sud-africain Jacob Zuma congratule son homologue russe Vladimir Poutine. ©EPA

Réunis à Durban, les Brics se sont mis d'accord pour créer leur propre banque de développement, dotée d'un capital de départ de 50 milliards de dollars. Les pays émergents veulent se passer de la Banque mondiale. Les détails doivent encore être discutés.

Les dirigeants des pays émergents des Brics, réunis à Durban en Afrique du Sud, se sont mis d'accord mardi pour créer une banque de développement commune destinée à financer des infrastructures, qui devrait leur permettre de se passer de la Banque mondiale.

"C'est fait", a déclaré le ministre sud-africain des Finances Pravin Gordhan. Mais il devrait ne s'agir que d'un accord de principe, le règlement d'importantes questions techniques étant remis à plus tard.

"Il y a encore beaucoup de détails à discuter (...) et il va y avoir un processus pour le reste de ces détails", a indiqué son collègue du Commerce et de l'Industrie Rob Davies, alors qu'un premier accord devrait être annoncé mercredi par les chefs d'Etat et de gouvernement des cinq pays, Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

Le ministre russe des Finances Anton Silaunov a relevé que les pays devaient encore s'accorder sur le montant que chacun est prêt à apporter au capital et sur la répartition des voix, ajoutant que les discussions se poursuivraient en marge du G20 de Saint-Pétersbourg (Russie) en septembre.

La nouvelle banque devait, selon les conclusions de la commission de travail qui a précédé le sommet, être dotée d'un capital de départ de 50 milliards de dollars, soit 10 milliards par pays.

L'Afrique du Sud en a fait une priorité. Elle veut l'accueillir et espère trouver ainsi un moyen de financer son ambitieux programme d'infrastructures et aussi les projets des pays voisins.

"Je pense que les montants disponibles pour financer le développement ne sont clairement pas suffisants pour satisfaire (...) les besoins en infrastructures sur le continent africain. Ainsi, un nouvel acteur sera le bienvenu, pour ajouter sa contribution et, espérons-le, secouer quelques-unes des autres institutions grâce à une saine concurrence", a relevé Rob Davies.

Le pays hôte a d'ailleurs donné pour thème à la rencontre de Durban "Les Brics et l'Afrique: un partenariat pour le développement, l'intégration et l'industrialisation".

Derrière le discours politique unificateur, qui consiste à dire que les Brics doivent constituer une force économique et politique pour s'affranchir des puissances occidentales, se dissimulent cependant des appréhensions africaines.

L'implantation massive en Afrique de la Chine, le géant des Brics, pose question, certains estimant que la Chine n'est plus un pays émergent, et que ses relations économiques avec le continent s'apparentent désormais à une nouvelle forme de colonialisme.

La journée a justement démarré mardi pour le président sud-africain Jacob Zuma par la réception de son homologue chinois Xi Jinping dans le cadre d'une visite d'Etat à Pretoria.

"Nous voyons les succès de la Chine comme une source d'espoir et d'inspiration. L'émergence de la Chine porte des leçons pour nous, car nous essayons de suivre son exemple", a déclaré M. Zuma.

Et les deux pays de signer quelques contrats, notamment dans les domaines des hydrocarbures et du développement d'infrastructures de transport.

Un contre-poids à l'Occident

Les deux hommes se sont ensuite rendus à Durban où M. Zuma s'est entretenu en tête-à-tête avec le Russe Vladimir Poutine.

Afrique du Sud et Russie ont signé neuf accords allant de l'agriculture aux transports, le président Zuma annonçant un prochain match de football entre les deux pays. "Nous allons donner aux Russes du fil à retordre sur le terrain!", a-t-il lancé.

Son homologue russe a tenté une petite allusion à la situation internationale, déclarant: "Nous allons coordonner notre action pour trouver une solution pacifique à la crise syrienne", qui dure depuis deux ans.

Les Brics, qui rassemblent 43% de la population et produisent le quart du PIB de la planète, veulent se doter d'institutions et mécanismes communs leur permettant de contourner un système mondial actuellement dominé par l'Occident.

Outre la création d'une banque de développement, les Brics pourraient aussi mettre en réserve une partie de leurs fabuleuses réserves de change --4.400 milliards de dollars, selon Pretoria, aux trois quarts détenus par Pékin-- pour s'entraider en cas de choc conjoncturel.

Ce pot commun, qui leur permettraient d'éviter un recours au FMI, devrait être doté d'une centaine de milliards de dollars, selon le gouverneur de la banque centrale du Brésil Alexandre Tombini.

Les cinq pays ont aussi dans leurs cartons une agence de notation, un mécanisme de réassurance, un conseil d'entrepreneurs, une classification maison des universités...

La cérémonie d'ouverture officielle du sommet devait mardi soir être suivie d'un dîner de gala.

Les leaders des Brics doivent ensuite aborder le fond des dossiers mercredi matin, avant de rencontrer de nombreux dirigeants africains dans l'après-midi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés