Les comptes des ambassades russes à Bruxelles gelés

©EPA

Tensions diplomatiques à Bruxelles. Selon le ministère russe des Affaires étrangères, les comptes des ambassades russes à Bruxelles ont été gelés... sans doute à cause du non-respect d'une décision de la cour d'arbitrage de La Haye. La Belgique se défend d'être intervenue.

Les comptes des ambassades russes à Bruxelles auraient été gelés. C'est en tout cas ce qu'avance le ministère des Affaires étrangères de Russie qui a convoqué l'ambassadeur de Belgique à Moscou, M. Alex Van Meeuwen. Celui-ci a protesté "avec énergie" contre cette décision des autorités belges. La diplomatie russe dénonce également dans un communiqué officiel le gel des comptes de représentants russes auprès de l'Union européenne, de l'Otan à Bruxelles ainsi que d'organisations russes en Belgique.

Prendre des mesures immédiates sinon...

"La partie russe, citée par l'agence Interfax, considère de telles mesures de la part des autorités compétentes du Royaume de Belgique comme un acte ouvertement hostile, une violation flagrante du droit international et appelle les autorités belges à prendre des mesures immédiates pour rétablir les droits de la Fédération de Russie en Belgique."

"Dans le cas contraire, la Russie sera forcée d'envisager l'adoption de mesures d'intervention adéquates à l'encontre des propriétés du Royaume de Belgique se situant sur le territoire de la Fédération de Russie, en ce compris la propriété de l'Ambassade de Belgique à Moscou, ainsi que ses entités juridiques."

La Belgique se défend

"C'est une décision de justice qui a été exécutée directement par huissier. Elle ne nous a pas été notifiée par le bureau des huissiers, nous ne sommes pas intervenus", a déclaré Hendrik Van de Velde, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. "On va d'abord vérifier les faits, leur étendue et voir ce que le droit prévoit dans cas là", a-t-il ajouté.

Pourquoi ces comptes sont-ils gelés?

Selon l'agence publique russe Ria-Novosti, ce gel des comptes russes en Belgique serait lié au non-respect par Moscou d'une décision de la cour permanente d'arbitrage de La Haye

Cette instance judiciaire a condamné la Russie en juillet 2014 à verser 50 milliards de dollars d'indemnités aux ex-actionnaires de Ioukos, le groupe pétrolier de l'ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovski démantelé au début des années 2000 à l'issue d'une procédure de fraude fiscale.

→ La Haye a accusé la Russie d'avoir orchestré le démantèlement du groupe pétrolier pour des raisons politiques.

→ La Haye avait déjà jugé que l'offensive lancée par Moscou contre Ioukos avait pour objectif principal non de récupérer des impôts impayés mais de provoquer sa banqueroute.

Ioukos avait été vendu à la découpe en grande partie au groupe pétrolier public russe Rosneft, un acteur de taille modeste pour le secteur à l'époque, devenu depuis le principal producteur mondial parmi les sociétés cotées. La porte-parole de M. Khodorkovski, Olga Pismanen, a indiqué à l'AFP que l'ex-oligarque n'avait "rien à voir" avec le gel des comptes russes en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés