Les dirigeants européens et asiatiques réunis pour deux jours à Bruxelles

La rencontre sera largement dominée par les questions de gouvernance économique et financière. La capitale belge en état de siège.

Bruxelles accueille dès lundi après-midi, et pour deux jours, le 8e sommet de l'ASEM, un forum biennal regroupant les dirigeants de 46 pays européens et asiatiques, lesquels représentent ensemble la moitié du PIB mondial, 58% de la population terrestre, et 60% du commerce international.

Evénement majeur de la présidence belge de l'Union européenne, cette rencontre intervient alors que deux de ses acteurs principaux, la Chine et le Japon, connaissent un vif regain de tension.

En cause: les îles inhabitées de Senkaku (Diaoyu en chinois), contrôlées de fait par les Japonais mais revendiquées de longue date par Pékin.

La Chine a coupé tout contact avec son voisin nippon depuis qu'un de ses chalutiers a été arraisonné par la marine japonaise le 7 septembre dernier dans la zone contestée.

Une partie de la presse spéculait d'ailleurs sur une possible rencontre entre le Premier ministre chinois Wen Jibao et son homologue japonais Naoto Ka en marge du sommet de Bruxelles.

Intervenant dans un contexte de crise économique, et un mois avant la réunion du G-20 en Corée du Sud, ce 8e sommet de l'ASEM sera largement dominé par les questions de gouvernance économique et financière, notamment le taux de change du yuan que les Européens considèrent de longue date comme artificiellement sous-évalué afin de soutenir les exportations chinoises.

La réunion débutera ce lundi à 14h30 pour s'achever mardi en fin d'après-midi. Quatre sessions de travail ont été prévues sous les ors du Palais royal de Bruxelles, spécialement rafraîchi pour l'occasion.

Plusieurs thèmes y seront abordés, dont la modernisation du FMI, l'accès aux marchés, les droits de propriété intellectuelle, la prolifération nucléaire (Iran et Corée du Nord), l'aide humanitaire, la piraterie en mer, le terrorisme ou encore les droits de l'homme.

La lutte contre le changement climatique, un point sur lequel Européens et Asiatiques divergent sensiblement, comme l'a montré l'échec du sommet de Copenhague l'année dernière, sera également évoqué, et ce deux mois avant le prochain sommet international sur le climat de Cancun (Mexique), en décembre prochain.

Au total, pas moins de 36 des 46 chefs d'Etat et de gouvernement membres sont attendus à Bruxelles. Outre les Premiers ministres chinois et japonais, on relèvera le président sud-coréen Lee Myung-Bak, ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel, le président français, Nicolas Sarkozy, et le Premier ministre espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero.

La Belgique sera représentée par son Premier ministre démissionnaire, Yves Leterme, tandis que d'autres pays, comme l'Indonésie, le Pakistan, les Philippines ou le Myanmar (Birmanie) ont dépêché leur ministre des Affaires étrangères.

Organisé par la Belgique, ce sommet sera toutefois présidé par le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Une réception organisée par le roi Albert II est prévue mardi avec tous les hôtes au Palais royal.

D'autres contacts sont programmés en marge de cet événement, notamment des rencontres interparlementaires, un 'business forum' réunissant des chefs d'entreprises des deux blocs, ainsi qu'un forum citoyen.

Ce 8e sommet de l'ASEM représente aussi un important défi en matière de sécurité.

Selon la police de Bruxelles, la ville n'a en effet jamais accueilli de réunion avec autant de dirigeants. L'effectif policier mobilisé pour l'événement est ainsi plus que doublé par rapport à celui affecté lors des traditionnels sommets européens trimestriels organisés dans la capitale.

Les rues aux alentours du Palais royal de Bruxelles sont à cette occasion interdites à toute circulation et stationnement jusqu'au 5 octobre, ce qui se fera vraisemblablement ressentir sur le trafic urbain.

Créé en 1996, l'ASEM (Asia-Europe Meeting) regroupe aujourd'hui les 27 pays européens,

les dix membres de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (Asean), ainsi que la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Inde, le Pakistan et la Mongolie.

Le sommet de Bruxelles sera d'ailleurs l'occasion pour ce forum d'accueillir formellement trois nouveaux membres, à savoir la Russie, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Au niveau économique, l'Europe et l'Asie ont noué d'étroits liens ces dernières années, essentiellement à l'avantage de cette dernière.

Les partenaires de l'ASEM représentent en effet à l'heure actuelle 45% des importations de l'Union, mais 29% seulement de ses exportations.

Le Vieux continent enregistrait ainsi au premier semestre 2010 un déficit commercial de 129 milliards d'euros envers ses partenaires orientaux.

La Belgique ne déroge pas à la règle. Au premier semestre 2010, elle a exporté pour quelque 12,2 milliards d'euros vers les pays asiatiques, mais importé sur la même période pour un peu plus de 18 milliards d'euros de ces pays.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés