Les huit scénarios du pire pour la prochaine décennie

©EPA

Comme chaque année, l’agence Bloomberg a livré son "Guide pessimiste" pour 2018, une série de scénarios (et non de prédictions, insiste-t-elle) pour se préparer au pire. Dans sa liste en 2016 figuraient le Brexit et la victoire de Trump…

1/ Trump est réélu

Après la victoire de sa réforme fiscale, le président américain Donald Trump dérégule à tout va en 2018 et annonce des dizaines de milliards de dollars de dépenses pour l’armée et les infrastructures. L’enquête du procureur Robert Mueller sur l’implication de la Russie dans sa campagne électorale ne parvient pas à mouiller le Président.

En 2020, des démocrates, désorganisés et déchirés entre Kamala Harris et Bernie Sanders, ne parviennent pas à empêcher la réélection de Trump. L’année suivante, le Président parvient à supprimer l’Obamacare sans le remplacer. Le système de santé américain s’effondre, tout comme les fondamentaux économiques, et la bulle financière éclate. Les Etats-Unis tombent dans une grave récession.

En 2024, c’est l’animateur vedette et démocrate Jimmy Kimmel qui gagne l’élection présidentielle, porté par sa promesse de réintroduire un système de santé national. Mais le pays est divisé, des émeutes éclatent dans la plupart des grandes villes. Des partis alternatifs émergent, et en 2028, ce sont quatre candidats qui se présentent en novembre. Aucun d’entre eux ne récolte les 270 grands électeurs nécessaires.

 

2/ Les "fake news" tuent Facebook

En 2018, les élections à mi-mandat aux Etats-Unis indiquent que Facebook et les autres géants de la technologie ne parviennent pas à stopper la propagation des fausses informations. En 2019, Facebook engage des milliers de contractants pour nettoyer le réseau, mais sans effet. Les gouvernements du monde entier sont obligés de suivre l’exemple de la Russie. Ils créent des "fermes de bots" comme nouvelle arme de contre-propagande. Près de la moitié du trafic sur Twitter provient de ces faux comptes.

L’année suivante, les patrons de la Silicon Valley lancent des programmes d’intelligence artificielle pour contrer la désinformation. Mais durant la campagne présidentielle, les assistants vocaux qui ont inondé les foyers américains sont hackés et donnent des réponses pro-Trump aux questions sur l’économie et la politique étrangère.

Plus personne ne parvient à délier le vrai du faux. En 2025, l’administration Kimmel décide de casser les géants technologiques. Facebook, Twitter et Google cessent d’exister dans leurs formes actuelles. En 2028, les plateformes qui leur succèdent sont fragmentées, chacune d’entre elles regroupant des groupes d’utilisateurs liés par des opinions similaires. Les débats d’idées disparaissent, la désinformation empire.

En 2018, les retraités français manifestent contre la réforme du système de pension du président Emmanuel Macron. Les élections en Italie montrent une fracture entre les générations. Les plus de 50 ans soutiennent l’octogénaire Silvio Berlusconi, qui gagne en promettant de préserver leurs acquis.

En 2020, la population en âge de travailler ne peut plus soutenir le coût des pensions des baby-boomers, plongeant le Portugal, l’Italie, l’Espagne et la Grèce dans une nouvelle crise financière. Macron et Angela Merkel ne parviennent plus à imposer leur discipline fiscale. La Commission européenne punit la France et l’Allemagne pour déficit excessif.

En 2022, le candidat de l’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, remporte l’élection présidentielle en France face à Emmanuel Macron sur l’espoir d’un nouveau socialisme au XXIe siècle. Deux ans plus tard, face à un chômage des jeunes à plus de 50% en Europe, le Mouvement 5 étoiles l’emporte en Italie. La Catalogne décide de quitter l’Espagne, qui n’a plus les moyens de payer son armée pour empêcher le vote sur l’indépendance.

Fertilité en berne et départs anticipés à la retraite, il n’y a plus que deux travailleurs actifs pour soutenir la pension d’un retraité. Les jeunes refusent de payer la facture. La Belgique se sépare en trois: la Flandre, la Wallonie et Bruxelles, la capitale de ce qu’il reste de l’Union européenne.

 

3/ Le bitcoin remplace les banques

Un acteur financier annonce en 2018 que son système a été piraté et que tous ses dépôts ont disparu. Les régulateurs ont beau rassurer les déposants, les clients se précipitent sur le bitcoin, qui grimpe jusqu’à 40.000 dollars, par peur de la sécurité dans le système financier traditionnel.

©AFP

En 2021, le chinois Alibaba crée sa cryptomonnaie pour tous les achats sur sa plateforme. Après le Venezuela, la Grèce et certains pays africains adoptent le bitcoin qui touche les 100.000 dollars.

En 2023, des pirates injectent dans le système financier mondial un logiciel malveillant, type cheval de Troie, appelé Worm Hole. Ce n’est que trois ans plus tard qu’une écolière de dix ans le découvre. Sa révélation sur les réseaux sociaux déclenche un bank run mondial. Les valeurs financières s’effondrent en Bourse, les banques centrales adoptent la blockchain et émettent leur cryptomonnaie pour les citoyens. Les banques traditionnelles s’effondrent les unes après les autres. Le système financier est maintenant dominé par un patchwork de cryptomonnaies et par des acteurs comme Alipay et Amazon. Le bitcoin dépasse la barre du million de dollars.

4/ La Corée du Nord lance une attaque

En 2018, la Corée du Nord lance un missile à 30 kilomètres des côtes américaines. Trump décide de ne pas répliquer et rencontre le président chinois Xi Jinping à Honolulu. Le jour suivant, la Chine ferme sa frontière avec la Corée du Nord.

©AFP

En 2019, la télévision publique nord-coréenne annonce que le leader Kim Jong-un a succombé à un infarctus. Son successeur accepte de dénucléariser. La popularité de Trump s’envole. On parle désormais d’un âge d’or dans les relations sino-américaines.

Trump annonce l’année suivante que les Etats-Unis vont commencer à vendre des équipements militaires à la Chine. Il prévient le Japon et la Corée du Sud qu’il va retirer ses troupes s’ils ne respectent pas les règles commerciales. Effrayé, le Japon propulse ses dépenses militaires à des niveaux jamais atteints.

En 2025, Xi annonce son plan pour annexer Taiwan. Le Japon développe son arsenal nucléaire. La Corée du Sud signe un pacte anti-agression avec la Chine. Trois ans plus tard, le Japon annonce qu’il peut installer une tête nucléaire sur un missile balistique intercontinental. L’Asie entre dans une nouvelle course aux armements.

5/ Corbyn relance le socialisme

En 2018, les négociations sur le Brexit échappent à tout contrôle. La Première ministre Theresa May démissionne, les électeurs choisissent le leader du Labour, Jeremy Corbyn.

©REUTERS

L’année suivante, le 29 mars 2019, le Royaume-Uni quitte l’Union européenne. Le coût du Brexit est beaucoup plus élevé que prévu: il passe à 80 milliards d’euros.

En 2022, le gouvernement Corbyn emprunte massivement et augmente les impôts pour financer son agenda social. Les études universitaires sont désormais gratuites. Les riches banquiers quittent Londres, emmenant avec eux leurs contributions fiscales. Les taux à 10 ans des obligations d’État s’envolent à 5%.

Un an plus tard, le socialisme de Corbyn séduit et il est réélu avec une large majorité. La dette dépasse les 100% du PIB et l’inflation échappe à tout contrôle.

En 2028, le risque de défaut du pays s’accentue. Les mauvais chiffres du PIB déstabilisent la livre sterling. On parle d’une intervention du Fonds monétaire international.

6/ Un conflit générationnel détruit l’Europe

En 2018, les retraités français manifestent contre la réforme du système de pension du président Emmanuel Macron. Les élections en Italie montrent une fracture entre les générations. Les plus de 50 ans soutiennent l’octogénaire Silvio Berlusconi, qui gagne en promettant de préserver leurs acquis.

En 2020, la population en âge de travailler ne peut plus soutenir le coût des pensions des baby-boomers, plongeant le Portugal, l’Italie, l’Espagne et la Grèce dans une nouvelle crise financière. Macron et Angela Merkel ne parviennent plus à imposer leur discipline fiscale. La Commission européenne punit la France et l’Allemagne pour déficit excessif.

En 2022, le candidat de l’extrême gauche, Jean-Luc Mélenchon, remporte l’élection présidentielle en France face à Emmanuel Macron sur l’espoir d’un nouveau socialisme au XXIe siècle. Deux ans plus tard, face à un chômage des jeunes à plus de 50% en Europe, le Mouvement 5 étoiles l’emporte en Italie. La Catalogne décide de quitter l’Espagne, qui n’a plus les moyens de payer son armée pour empêcher le vote sur l’indépendance.

Fertilité en berne et départs anticipés à la retraite, il n’y a plus que deux travailleurs actifs pour soutenir la pension d’un retraité. Les jeunes refusent de payer la facture. La Belgique se sépare en trois: la Flandre, la Wallonie et Bruxelles, la capitale de ce qu’il reste de l’Union européenne.

7/ La Chine lance une guerre commerciale

En 2018, un ouragan d’une ampleur inédite dans l’histoire de la Chine dévaste le pays. La pression monte sur le président Xi d’user du poids économique de la Chine et de sa bonne entente avec le président Trump pour pousser les Etats-Unis à revenir à l’Accord de Paris.

Trois ans plus tard, Pékin injecte des milliards de subsides pour créer un parc automobile à 100% électrique d’ici 2028. Trump refuse de revenir à l’Accord de Paris et la Russie lui emboîte le pas.

En 2024, alors que la planète entre dans une ère d’événements climatiques extrêmes, la Chine voit ses cours d’eau s’assécher à un rythme alarmant. Elle commence à imposer des sanctions commerciales vis-à-vis de tous les pays qui refusent de respecter les accords de réductions d’émissions de CO2, dont les Etats-Unis.

En 2028, le président américain Jimmy Kimmel échoue à rallier le Congrès à un nouvel accord climatique. La Chine déclare la première guerre commerciale climatique à des pays comme les Etats-Unis, l’Australie et la Russie.

8/ Les voitures électriques signent la fin de l’ère pétrolière

Les recherches en stockage d’énergie ouvrent la voie à la production en masse de voitures électriques bon marché. Effrayés par les retombées négatives sur le marché pétrolier, les pays de l’Opep freinent des quatre fers sur leur production. Le baril se maintient à 50 dollars, pour l’instant.

En 2020, Mohammed ben Salmane devient roi de l’Arabie saoudite. L’IPO de la compagnie pétrolière Aramco est un grand succès. Le souverain dépense des milliards pour construire Neom, sa méga-cité dans le désert. Le reste du monde regarde avec intérêt le succès de la production de voitures électriques dans les chaînes d’assemblage de la Silicon Valley et de Shenzhen. Le pétrole termine l’année à 40 dollars le baril.

Les économies japonaise et américaine accusent le coup face aux changements brutaux que connaît le secteur automobile. Moscou et Riyad voient leurs budgets s’effondrer à cause des prix pétroliers. Des émeutes éclatent dans l’industrie russe. Le pétrole touche les 20 dollars.

L’Arabie saoudite sombre dans une dépression économique, et l’instabilité politique du pays s’exporte dans le Moyen- Orient. L’Opep est dissoute. Le pétrole passe sous la barre des 10 dollars le baril.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés